Bangladesh : Le gouvernement et les marques internationales partagent la responsabilité pour les travailleurs morts dans un incendie d’usine

International par Andrée Thomas, Secteur Europe - International

Incendie (Bangladesh) - Photo : Abir Abdullah - (CC BY-NC-SA 2.0)

Article du 13 septembre 2016 de la Confédération Syndicale Internationale


L’incendie tragique survenu samedi dans l’usine d’emballage Tampoco, au Bangladesh, qui a fait au moins 30 morts et de nombreux blessés parmi les travailleurs, met en exergue le mépris absolu du gouvernement bangladais à l’égard de la sécurité des travailleurs, ainsi que le refus des entreprises multinationales clientes de l’usine d’assumer leurs responsabilités pour la vie des travailleurs de leurs chaînes d’approvisionnement.

Les travailleurs sont morts suite à l’explosion d’une chaudière dans l’immeuble qui abritait la fabrique ; une structure vétuste à laquelle plusieurs étages supplémentaires avaient été ajoutés, qui ont contribué à la propagation de l’incendie et causé l’effondrement de l’édifice. Bourré de matériaux inflammables, l’immeuble exigu était totalement impropre à une utilisation industrielle et d’après des informations reçues par la CSI, n’était équipé que d’une seule issue accessible.

Des poursuites à titre d’homicide volontaire ont été intentées par les parents d’un des travailleurs décédés contre le propriétaire des lieux, Syed Mokbul Hussain, un ancien député au parlement du Bangladesh. Plus de la moitié des députés parlementaires au Bangladesh détiennent des intérêts commerciaux, majoritairement en tant que propriétaires d’usines. Les revendications des travailleurs des usines au Bangladesh concernant l’enregistrement de leurs syndicats étant systématiquement ignorées par le gouvernement, seuls les travailleurs d’une infime minorité d’entreprises ont jusqu’à présent réussi à s’organiser. Parmi les grandes enseignes multinationales qui ont été publiquement citées comme faisant partie du carnet de commandes de l’usine sinistrée figurent des noms comme British American Tobacco, Mondelez et Nestlé, notamment.

Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI, a déclaré : « Ces marques internationales se targuent toutes d’être dotées de normes strictes relatives à leurs fournisseurs, lesquelles sont censées protéger leurs travailleurs précisément contre ce genre de tragédies. Quand des entreprises déposent des plaintes bidon auprès de législateurs et d’actionnaires, celles-ci sont suivies de sanctions réelles, or quand c’est de la protection de la vie des travailleurs qu’il s’agit, il n’y a pas de suites judiciaires. Rien ne peut se substituer à l’État de droit ; or au Bangladesh même un principe aussi fondamental que le droit des travailleurs de former des syndicats pour protéger leurs droits et leur sécurité est systématiquement bafoué par le gouvernement. Une fois encore, l’importance de la responsabilité et de la conformité légales à travers l’ensemble des chaînes d’approvisionnement mondiales est mise en évidence et nous en appelons aux gouvernements, en commençant par ceux des pays membres du G20, à mettre celles-ci en pratique de toute urgence. »

 Voir en ligne  : Site Internet de la Confédération Syndicale Internationale

Sur le même sujet

Bangladesh : la répression est toujours là, les syndicats aussi

International par Evelyne Salamero

Près de quatre ans après l’effondrement de l’immeuble Rana Plazza qui avait causé la mort de 1 130 ouvrières et ouvriers d’ateliers textiles le 24 avril 2013, les salaires bangladais restent dramatiquement faibles, la répression gouvernementale et patronale particulièrement fortes et les salariés et (...)

18 février 2015 : journée internationale de défense du droit de grève, FO la soutiendra et y participera !

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°24 par Secteur Europe - International

Dans le cadre de la remise en question du droit de grève à l’OIT, la Confédération Syndicale Internationale a lancé une grande campagne afin de défendre ce droit, fondamental pour les salariés. Le droit de grève est un fondement solide et essentiel de la démocratie et de la justice économique, rempart (...)

COP 21 : Copie blanche ce vendredi soir !

International par Evelyne Salamero

Malgré une longue nuit de négociations entre les 195 pays représentés à la Conférence mondiale sur le climat, la présidence française n’a pas été en mesure de présenter comme prévu un projet d’accord ce vendredi 11 décembre au matin.

COP23 - le climat en direct depuis Bonn

Changement climatique par Pascal Pavageau

La délégation FO qui participait à un débat avec les délégations gouvernementale, syndicale et patronale japonaises, ne peut que regretter que le dialogue social sur le climat demeure au point mort en France. L’AFL CIO aux États Unis demeure pleinement engagée. La CSI attend la mise en œuvre effective des dispositions indispensables pour assurer une transition juste sur la base notamment des conventions de l’OIT.