[BD] J’ai tué le soleil de Winshluss

InFO militante par Corinne Kefes, L’Info Militante

Le soleil dans les yeux

Des planches en noir et blanc émaillées de quelques-unes en couleur, de longues pages sans texte puis une bruine d’informations, des images crues et sans fard d’une réalité tragique, une narration suspendue en trois temps (après, avant, maintenant), voici de façon lapidaire la présentation de cette BD post-apocalyptique. Page après page, on suit un homme dans sa quête de survie et de souvenir, découvrant avec lui ce que le monde est devenu et qui il est.

À travers l’ironie et l’humour noir, dans un graphisme au scalpel, l’auteur nous plonge dans un univers de fiction que la réalité a (presque) rattrapé et pose une question sur la nature humaine : est-on toujours celui qu’on est quand, autour de nous, tout a changé ? La déviance est-elle toujours déviante quand les repères et les critères communs n’ont plus cours ou tout est-il écrit quoi qu’il arrive ?

Bienvenue dans une plongée aux sources du mal.

 

J’ai tué le soleil de Winshluss. Éditions Gallimard, 200 pages, 22 euros.