À lire - FO Hebdo

BD : La mélodie du bonheur ?

, Corinne Kefes

Recommander cette page

Avec cette BD, l’auteur choisit une autre façon de raconter les relations entre la France, Israël et la Palestine. C’est un journaliste qui a exploité les archives de la diplomatie française, ainsi que la façon dont les médias ont retranscrit les épisodes de cette histoire pour en évoquer les cinquante dernières années.

Grâce au graphisme et au choix des couleurs utilisées, il rend le récit vivant, empreint de l’atmosphère et de l’émotion suscitées par les principaux événements qui ont construit les liens entre ces trois pays. Il montre que la France a entretenu une relation passionnée mais pas toujours amoureuse avec Israël, faite de tempêtes et d’accalmies, d’ententes et de divergences, de proximité et de distance. C’est même devenu une histoire nationale, parce que la société française est composée de populations juives et musulmanes parmi les plus importantes d’Europe. L’auteur évoque ainsi une certaine ambivalence de la France : elle souhaite des relations amicales et pacifiées avec Israël, mais dans le même temps prône la création d’un État palestinien. Et au sein des relations internationales, elle ne réussit pas toujours à trouver une juste place dans le concert des nations, pas souvent à l’unisson sur ce sujet d’ailleurs. 

Un Chant d’amour, Israël-Palestine, une histoire française, Alain Gresh et Hélène Aldeguer, éditions La Découverte, 191 pages, 22 euros.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Éphéméride

12 décembre 1943

Appel à la classe ouvrière de la CGT clandestine
La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez (...)

La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez à entrer catégoriquement dans l’action. Les moyens d’obtenir satisfaction sont entre vos mains et dans votre volonté. Les grèves restent l’arme ultime à employer pour imposer votre dû. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. C’est sauvegarder les familles françaises ». En terminant, la CGT invite les travailleurs aux combats contre la déportation arbitraire et à s’unir dans les syndicats pour leur libération.