Black friday sur les négociations salariales

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

© Francois HENRY/REA

Communiqué de la Section du Commerce & VRP de la FEC-FO

Dans les enseignes du Commerce on ne brade pas que la marchandise, on se fait aussi plaisir sur les salaires et les conditions de travail.

Le patronat prétend qu’augmenter les salaires c’est prendre le risque de jouer le jeu de l’inflation. Vraiment ? Pourtant l’inflation s’est confortablement installée depuis plusieurs mois sans que les salaires ne viennent l’alimenter, bien au contraire !

Augmenter les salaires serait jouer le jeu d’une reprise économique et d’un niveau de vie social digne d’un pays comme la France. Au lieu de ça notre économie ne bénéficie qu’à une poignée de dirigeants affamés de profits qui prospèrent étrangement de cette pseudo crise.

Augmenter les salaires ce serait aussi apaiser les nombreuses tensions et favoriser le mieux vivre ensemble, mais le veulent-ils vraiment ?

Augmenter les salaires ce serait encore sauver notre système de protection sociale, assurer nos retraites et donner un avenir aux jeunes.

Augmenter les salaires serait surtout le moyen de ne plus entendre les complaintes patronales et gouvernementales sur des postes à pourvoir qui restent vacants sans raison valable selon eux.

Le précaire, les salariés du Commerce n’en veulent plus ! Manger à sa faim, se loger convenablement, se chauffer et vivre sans se priver, voilà ce que les salariés du Commerce veulent !

La Section du Commerce & VRP de la FEC FO revendique un Smic à 2 049 € brut et encourage les salariés à défendre leur droit de vivre dignement de leur travail.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Résolution Comité confédéral national des 3 et 4 novembre 2021 – adoptée à l’unanimité

Communiqué de FO

Réuni à Paris les 3 et 4 novembre 2021, le CCN rappelle l’indépendance de la CGT-FO à l’égard du patronat, des gouvernements, des partis, des groupements ou rassemblements politiques, des sectes philosophiques et religieuses. Il réaffirme son attachement à la Charte d’Amiens et d’une façon générale, son indéfectible opposition à toute influence extérieure au mouvement syndical. Le syndicalisme ne doit pas lier son destin à celui de l’État, rappelant ainsi le préambule des statuts de la CGT-FO.