BNP Paribas : Négociations Annuelles Obligatoires

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

© Thomas VANDENBERGUE/REA

Communiqué de la FEC-FO - Section fédérale du Crédit

La Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) s’est ouverte chez BNP Paribas le 26 septembre dernier avec une seconde rencontre le 10 octobre.

Les propositions de la Direction sont à ce jour les suivantes :

 Une augmentation générale des salaires en juillet 2024 de :

  • 600 € pour les salaires allant jusqu’à 60 000 € bruts (fixe).
  • 700 € pour les salaires entre 60 000 € et 100 000 € bruts (fixe).

 Une prime versée en décembre 2023 de 1 000 € pour les salariés percevant une rémunération annuelle globale brute (fixe + primes + variables) jusqu’à 100 000 €.
Cette prime est fiscalisée + CSG/CRDS pour les salariés au-delà de 3 Smic.

 Les enveloppes égalité Femmes/Hommes et les augmentations individuelles stagnent au niveau de 2023.

 La transformation du forfait mobilités durables en Pass Mobilités.
Pour un montant de 550 € annuel par salarié. Avec une carte de paiement dédiée pour toutes les dépenses de mobilité en y intégrant aussi les abonnements de transports publics (qui restent remboursés à 50% quel que soit le montant mais consommeront le crédit).

Pour FO Banques, au regard des résultats de BNP Paribas, des distributions de dividendes, de l’augmentation des salaires des cadres dirigeants, des rachats d’actions, etc. ces propositions sont inacceptables et très loin des demandes des Organisations Syndicales qui se sont regroupées (sauf UNSA) au sein d’une intersyndicale.

Cette dernière a d’ailleurs appelé les salariés de BNP Paribas à faire grève le 13 octobre 2023 pour défendre leur pouvoir d’achat.

Pour un meilleur partage des richesses, FO Banques restera mobilisé auprès des salariés pour obtenir une NAO descente en 2023 !

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

De 25 000 à 30 000 emplois menacés dans les banques

Emploi et salaire par Clarisse Josselin

Malgré les milliards d’euros de bénéfices engrangés par les banques en 2016, les plans sociaux se multiplient, des agences ferment, les salaires stagnent et les conditions de travail se dégradent dans la branche. FO lance l’alerte et en appelle au gouvernement.