Branche de l’Aide à Domicile : le blocage des salaires continue

Communiqué de la FNAS-FO par Action sociale

Lors de la présentation du plan d’action pour les services à domicile, le 25 septembre 2014, Laurence Rossignol, secrétaire d’État aux personnes âgées, avait annoncé qu’en 2014 il n’y aurait ni mesure salariale, ni ressources supplémentaires.

Pour le secteur de l’Aide à Domicile contraint financièrement et sur lequel ce gouvernement va faire reposer la mise en œuvre de la future loi relative à l’adaptation de la société au vieillissement, ce projet valorise par ailleurs le retour au bénévolat contre le salariat diplômé.

La secrétaire d’État a annoncé l’absence de mesure salariale en toute cohérence avec le pacte de responsabilité qui prévoit le blocage des salaires pour le secteur public et celui à financement public.

Dès lors, le pauvre avenant qui prévoyait 1 % d’augmentation de salaire pour les salariés qui n’avaient rien vu venir depuis 2009 a été refusé à l’agrément le 6 octobre 2014.

La FNAS F-O condamne cette décision et dénonce ce mépris envers les salariés qui tous les jours subissent des conditions de travail digne de l’esclavage pour des salaires de misère.

Elle invite les salariés de l’Aide à Domicile à se rapprocher des syndicats FO et dans le cadre d’Assemblées Générales d’établissements ou départementales de discuter et préparer les conditions de la réussite de la grève interprofessionnelle, dans la perspective d’une manifestation nationale, que Force Ouvrière envisage.

Elle seule peut permettre aux salariés de l’Aide à Domicile d’obtenir comme tous les salariés une augmentation générale des salaires et des valeurs de points.

Dire non au pacte de responsabilité, c’est dire oui au progrès social, aux salaires, à l’emploi, aux services publics et à la Sécurité Sociale, oui au syndicalisme libre et indépendant.

 Voir en ligne  : FNAS-FO - Site internet

Action sociale Secrétaire général

Sur le même sujet

Un projet de loi examiné à couteaux tirés

Sécurité sociale

L’examen par l’Assemblée nationale du projet de loi de financement rectificative de la Sécurité sociale pour 2014 s’est achevé le 2 juillet après des débats houleux.