Branche des IEG les employeurs en grève !

Fédération FO Energie par Énergie et Mines

F.Blanc

Lors d’une réunion de Branche, les employeurs ont par une déclaration exprimé leur inquiétude sur l’avenir du dialogue social de Branche, lors de cette déclaration ceux-ci ont indiqué ne pas siéger à la prochaine CPPNI* du 19 janvier…

Des employeurs qui se mettent en grève, une première au sein des IEG ! Les motifs selon eux sont multiples.

Avant tout, ceux-ci déplorent la dénonciation de l’accord « relatif à la sécurisation des parcours professionnels et à la mobilité dans la Branche des IEG » signé par les syndicats patronaux UFE et UNEmIG ainsi que par la CFDT et la CFE-CGC et invalidé par le droit d’opposition de FO Énergie et Mines** et de la CGT.

Ensuite, les employeurs constatent les difficultés et les freins pour faire évoluer des textes de branche antérieurs à 2000, évolutions rendues possibles pour donner suite à l’accord « relatif au dialogue social de Branche des IEG 2021-2025 », accord signé par les syndicats patronaux UFE et UNEmIG ainsi que par la CGT, CFDT et la CFE-CGC.

FO Énergie et Mines juge la posture des employeurs légèrement capricieuse…

Estimer que le dialogue social de Branche est en danger, alors que le bilan des accords signés depuis 2001 fait ressortir que plus de 130 Accords (ou avenants) ont vu le jour et que seuls 4 accords ont été invalidés à la suite de droits d’opposition, nous semble excessif…

De notre côté, nous estimons que le dialogue social au niveau de la Branche est essentiel, notamment compte tenu du contexte. Néanmoins, et nous l’avons indiqué à plusieurs reprises sur différentes négociations aux employeurs, ce dialogue social ne peut se résumer à une chambre d’enregistrement des volontés des employeurs.

La fédération FO Énergie et Mines est prête à prendre ses responsabilités au sein de la Branche, mais les employeurs doivent eux prendre conscience que proposer systématiquement des négociations qui auront pour conséquences des reculs sociaux n’est pas acceptable !

Nous constatons amèrement ces dernières années que malheureusement les employeurs de la Branche des IEG s’entêtent dans cette voie en prenant différents prétextes selon le contexte…

Face à cette grève des employeurs de la Branche, même si ceux-ci n’ont pas déposé de préavis, FO Énergie et Mines est prêt à les recevoir pour entendre leurs revendications. Nous profiterons de cette rencontre pour leur préciser de nouveau que l’intelligence collective dans le cadre des négociations de Branche ne veut pas dire que les fédérations syndicales doivent accepter tout ce que les employeurs désirent !

* : Commission Paritaire Permanente de Négociation et d’Interprétation
** : https://www.fnem-fo.org/2021_12_Droit_opposition_SPPM

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Énergie : nouvelle journée de grève le 14 mars

Mobilisation par Evelyne Salamero

Une semaine après la grève du 7 mars, aussi fortement suivie, voire plus à certains endroits, notamment à EDF, que celle du 31 janvier dernier, FO et les quatre autres fédérations de l’Énergie (CGT, CGC, CFDT, CFTC), ont décidé d’appeler les électriciens et gaziers à une nouvelle journée « entreprises mortes » mardi 14 mars.

Remise en cause des conditions de Retraite : Pour FO c’est non depuis 1995, c’était non en 2019, c’est non en 2022. Ce sera non en 2023.

Fédération FO Energie par Énergie et Mines

Dans la continuité du secrétaire général de la Confédération FO qui affirme si pour le Président de la République, la réforme des retraites est la mère des réformes, pour FO ce sera la mère de bataille, la fédération FO de l’Énergie tient à réaffirmer son opposition aux réformes des retraites. « Aux », parce que pour FO aucune ambiguïté.

Non à la découpe d’EDF

Service Public par Énergie et Mines

La presse spécule régulièrement et, en dernier lieu, le Canard Enchaîné d’aujourd’hui, sur la volonté du président de la République de couper EDF en trois morceaux, en isolant le nucléaire du reste de l’entreprise.