Branche du machinisme agricole : accord sur les salaires minima

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Le 5 février 2021 s’est tenue la négociation de la grille des minima de salaires.

La délégation patronale a expliqué le contexte économique difficile avec un chiffre d’affaires en baisse pour les entreprises de la branche variant de 5 à 15 % pour la moitié d’entre elles et ce, principalement du fait de la crise sanitaire.

FO Métaux a revendiqué une augmentation de 1,5 % sur l’ensemble de la grille en argumentant que si les entreprises avaient souffert, les salariés également tout en œuvrant pourtant à la production des entreprises du secteur.

Après un tour de table et en tenant compte des réflexions de FO, la délégation patronale a proposé 0,8 % d’augmentation des minima.

FO Métaux a souligné que ce pourcentage était un peu éloigné de notre première proposition et qu’il fallait, pour obtenir la signature de FO, se rapprocher d’une augmentation comprise entre 0,8 et 1,5 %.

Après une suspension de séance, la délégation patronale est revenue avec une proposition de 1 % d’augmentation des minima pour l’ensemble de la grille et une application au 1er mars 2021.

FO Métaux sera signataire de cet accord et démontre, une fois encore, que même dans ce contexte difficile lié à la crise sanitaire, sa volonté d’aboutir à un accord pour les salariés de la branche.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Plan de relance : pas de relâche pour l’action syndicale !

Éditoriaux de FO par Yves Veyrier

Cette période de rentrée à la fois sociale, économique et scolaire est chargée d’incertitudes, d’inquiétudes pour nombre de salariés et leurs familles, à la fois quant au risque sanitaire bien sûr mais aussi sur les conditions de reprise de son travail avec le port du masque généralisé, et, pour beaucoup, face au risque de perdre son emploi, de ne pas le retrouver, ou de l’avoir déjà perdu, notamment quand on était déjà en situation précaire.

Il y a urgence sociale !

Communiqué intersyndical par Yves Veyrier

Les organisations syndicales et de jeunesse ont fait l’analyse de la situation économique et sociale qui s’annonce tendue pour les prochaines semaines et en particulier à la rentrée de septembre.