Alerte :
Du 1er au 8 décembre, élections Fonction publique, je vote FO !

Burn-out : la Haute Autorité de santé fait des recommandations aux médecins

Société par Françoise Lambert

La Haute Autorité de santé préconise d’individualiser la prise en charge et de faire appel au médecin du travail pour préparer le retour dans l’emploi.

Le burn-out ou syndrome d’épuisement professionnel reste un diagnostic difficile à établir , constate la Haute Autorité de santé (HAS).

D’où la publication le 22 mai d’un mémo à l’attention des médecins et des médecins du travail pour les aider à mieux reconnaître et prendre en charge les salariés en souffrance.

La HAS recommande au médecin traitant de personnaliser la prise en charge et de se mettre, avec l’accord du patient, en contact avec le médecin du travail, notamment pour accompagner le retour au travail.

Que reste-il de la médecine du travail ?

C’est une très bonne nouvelle que la HAS se saisisse du problème, car la reconnaissance des risques psycho-sociaux est une revendication de Force Ouvrière, mais que reste-il de la médecine du travail ?, s’interroge Jocelyne Marmande, secrétaire confédérale FO, il faut lui donner de véritables moyens, or sa récente réforme dans le cadre de la loi travail ne va pas du tout dans ce sens.

Six facteurs de risques-psycho-sociaux

La HAS a listé six catégories de facteurs de risques psycho-sociaux pour aider les professionnels de santé à repérer le burn-out : l’intensité et l’organisation du travail, les exigences émotionnelles, l’autonomie et la marge de manœuvre, les relations dans le travail, les conflits de valeurs, l’insécurité de l’emploi.

Elle estime par ailleurs que la prescription d’un arrêt de travail est le plus souvent nécessaire, mais que celle d’un éventuel traitement antidépresseur reste réservée aux cas de burn-out associés à des troubles anxieux ou dépressifs.

La HAS rappelle par ailleurs sa définition burn-out : un épuisement physique, émotionnel et mental qui résulte d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel.

Autre enseignement du mémo : la population des soignants est particulièrement touchée par le syndrome d’épuisement professionnel.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Burn-out, des constats mais encore peu de mesures

Risques psychosociaux par Nadia Djabali

Le syndrome d’épuisement professionnel ou burn-out pourra-t-il enfin être classifié en maladie professionnelle ? Pas si simple. D’abord parce que sa définition souffre de contours mal définis rendant mal aisé une prise en charge efficace. Un rapport parlementaire présenté le 15 février, pointe le manque de reconnaissance de ce syndrome lié à l’activité professionnelle.

La santé au travail une priorité

Force Com par Postes et Télécommunications - FO COM

Depuis 2003, à l’initiative de l’Organisation Internationale du Travail (OIT), la journée mondiale pour la sécurité et la santé au travail est organisée, chaque année, le 28 avril. Elle est l’occasion de mettre en lumière des enjeux souvent sousestimés. Chez Orange, de nombreux risques classiques sont (...)

FO s’oppose au passage à 40 heures de travail sur le site Valéo d’Angers

Emploi et Salaires par Clarisse Josselin

FO a claqué la porte des négociations sur la mise en place d’un accord de compétitivité sur le site de l’équipementier automobile Valéo à Angers, le 16 septembre. La direction veut imposer un passage de 35 à 40 heures de travail hebdomadaires. FO dénonce une aggravation considérable des conditions de travail pour augmenter les dividendes des actionnaires.