BFM TV- Vendredi 30 août 2019

Calendrier de la réforme des retraites

, Yves Veyrier

Recommander cette page

Calendrier de la réforme des retraites : Le secrétaire général Yves Veyrier réagissait en duplex sur BFM TV au sujet des propos de Gérald Darmanin qui évoquait un an de concertation.

Retranscription de l’interview :

Yves Veyrier :
« Ecoutez, je constate qu’il y a beaucoup d’atermoiements, depuis le mois de juillet. On nous avait annoncé que le Premier ministre nous recevrait début septembre pour nous dire, du point du vue du gouvernement, ce que seraient les suites à donner au rapport du Haut-Commissaire. Je constate qu’entre temps il y a eu beaucoup d’interventions du : Président de la République, de Mr Darmanin, de Mr Philippe aujourd’hui, avant même que nous ayons été reçus. Je vais vous dire, sur le ton de la plaisanterie, pour un système plus simple, dont on nous vante les mérites sur le système des retraites, sur la réforme que le gouvernement veut mettre en œuvre, en tout cas, ça se complexifie sérieusement sur le côté concertation ou consultation, je ne sais comment l’appeler aujourd’hui ! »

« Nous, nous avons depuis le début expliqué précisément, je n’ai eu de cesse, au nom de FO, d’expliquer précisément les raisons pour lesquelles nous étions opposés au principe même d’un système unique par points. Je pense que nos arguments portent parce que je l’ai fait publiquement, à maintes et maintes reprises, de manière très précise, sujet par sujet et peut-être que le gouvernement s’aperçoit sérieusement que ça ne va pas de soi du tout cette affaire-là. D’une certaine manière j’y vois, la portée de ce que nous essayons d’expliquer. J’ai souvent parlé de force de la conviction, et bien peut-être que c’est l’effet de ce que nous expliquons. En tout cas, ça renforce ma détermination bien évidemment. »

« J’attendrai premièrement, si j’ai véritablement été entendu, qu’on nous dise qu’on change franchement de point de départ. Parce que si c’est pour nous annoncer un calendrier, j’ai aussi entendu le Premier ministre qui réaffirme sa détermination. Alors certes, à l’écoute, mais si les postulats de départ sont les mêmes, nous l’avions dit - la concertation qu’a conduite le Haut Commissaire, elle a été sur tous les aspects, elle a été y compris citoyenne - alors le point d’arrivée sera le même. Et le point d’arrivée pose les problèmes que nous avons systématiquement soulevés : celui d’un système unique par points qui sera entre les mains des gouvernements demain, pour les générations futures, et, évidemment, qui auront tout loisir de jouer sur la valeur du point, à l’achat et au moment de la conversion en retraite, pour agir sur le niveau des pensions et l’âge effectif de la retraite. J’ai entendu Mr Legendre, le président du groupe En Marche, à l’Assemblée nationale, dire que cette affaire d’âge d’équilibre c’était un point de détail. Ça n’est pas un point de détail, bien évidemment, de mon point de vue. Mais il est vrai qu’à l’arrivée, l’objectif, je le crains, et j’en ai la conviction forte, et c’est pour ça que je l’explique, que ce soit de permettre aux gouvernements demain d’agir sur le niveau des pensions et donc l’âge effectif de départ en retraite pour gérer en fonction des contraintes financières ou budgétaires le système de retraite. »

A propos de cet article

Sur l’auteur

Yves Veyrier

Secrétaire général de Force Ouvrière


  • Marche générale de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière
  • Relations avec les fédérations nationales et les unions départementales
  • Représentation de la Confédération aux niveaux national et international
  • Expression publique
  • Handicap
  • Prospective (IRES), Histoire et Documentation

Envoyer un message à Yves Veyrier

Site internet : https://twitter.com/yveyrier

En complément