Portrait

Carole, jeune militante FO, a sa méthode pour recruter : « accrocher et discuter »

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

FO Jeunes organise un rassemblement à Paris le 3 décembre. L’occasion de confronter les expériences, faire remonter diverses propositions et consolider les forces vives de la confédération. Rencontre avec Carole Truchot, l’une de ces militants.

Entrée à Orange en apprentissage en 2009, Carole a été embauchée par l’opérateur de téléphonie deux ans plus tard, en 2011. En agence à Dijon, elle gère actuellement les comptes d’entreprises tout en assumant plusieurs mandats syndicaux. C’est en 2014 qu’elle a adhéré à FO en raison d’un problème avec l’un de ses responsables. Forte des 60 % de représentativité de son syndicat sur la Côte-d’Or, elle dispose désormais d’un mandat de déléguée syndicale d’établissement principal et couvre quatre régions.

« Gagner la confiance des jeunes salariés »

Ses attentes concernant le rassemblement organisé par FO Jeunes sont nombreuses : si elle a des propositions concernant le site Internet ou l’utilisation des réseaux sociaux, elle reste convaincue que c’est avant tout en « accrochant et en discutant avec les jeunes salariés régulièrement » que l’on peut faire tomber les a priori qui peuvent exister concernant l’action syndicale. L’enjeu pour « gagner la confiance des jeunes salariés » est de « leur prouver systématiquement que leur intérêt passe par l’action du syndicat ». Les jeunes syndicalistes FO en Côte-d’Or montrent qu’un noyau dynamique crée un effet boule de neige. Mais en syndicaliste déjà chevronnée, la militante espère que cette réunion posera la question « des moyens qui seront mis en œuvre pour accompagner le développement et le recrutement de jeunes syndiqués ».