Casino de Deauville : Le bras de fer se poursuit

Emploi et Salaires par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Après plusieurs week-ends de grève cet été à l’appel de FO, les salariés du casino de Deauville continuent leur mouvement pour demander le paiement des heures supplémentaires et une amélioration des conditions de travail. Vendredi 4 et samedi 5 septembre, lors du week-end d’ouverture du festival du film américain, ils ont de nouveau manifesté leur colère devant le casino, en l’absence de réponse de la direction à leurs revendications. Sophie Giannini, déléguée FO, indique : « Nous avons eu une réunion avec la direction le 2 septembre, nous demandions la signature d’un protocole de fin de conflit, avec la prise en compte de nos revendications. Mais la direction est restée sourde à nos demandes. La seule réponse que nous avons eue, c’est une menace de réduire les horaires de la salle des jeux et d’arrêter la roulette française ».

Les salariés doivent se réunir en assemblée générale en milieu de semaine pour décider des suites à donner à leur mouvement. C’est la suppression de 70 postes au sein de la Société des hôtels et casinos de Deauville, décidés dans le cadre d’un PSE, qui est à l’origine du malaise des salariés.

Sur le même sujet

Pour sauver leur emploi, les salariés d’Odéolis ne réparent plus les bornes PMU

Emploi et salaires par Clarisse Josselin, journaliste L’inFO militante

A l’appel d’une intersyndicale, les salariés d’Odeolis n’assurent plus la maintenance des bornes et terminaux du PMU depuis mi-juin. Ils s’opposent à la perte des contrats passés avec le géant des paris hippiques au 1er janvier 2019, ce qui condamnerait une centaine d’emplois et risquerait même de mettre toute l’entreprise en péril.