Salaires : la colère monte chez Castorama

InFO militante par Clarisse Josselin, L’Info Militante

Salaires au rabais, dégradation des conditions de travail, manque de reconnaissance... Rien ne va plus chez Castorama. À Englos (Nord), la moitié des salariés du magasin ont cessé le travail le 24 mars à l’appel de FO. Ils exigeaient notamment une augmentation de 10 % pour tous, revendication portée depuis plusieurs mois par le syndicat qui avait déjà appelé à une grève, nationale, en novembre. Malgré l’inflation galopante, lors des NAO 2023, les salariés n’ont obtenu qu’une augmentation générale de 50 euros brut, soit 3 % pour les plus bas salaires et 1,5 % pour les cadres d’exploitation, dénonce Jean-Paul Gathier, délégué central (DSC) FO chez Castorama. La direction se justifie par une revalorisation des grilles, mais le premier niveau de salaire est aujourd’hui à 0,63 % au-dessus du Smic, contre 11,5 % il y a vingt ans. Et tout est à l’avenant. Le 31 mars, lors d’une réunion avec les DSC, la direction a refusé de rouvrir les négociations salariales.

Les employés privés de prime et de repas !

La situation est particulièrement tendue à Englos. Après de récents travaux de rénovation, les cadres ont touché une prime de revitalisation représentant 80 % d’un mois de salaire et ont été invités à un repas. Pas les employés, pour qui la nouvelle organisation va pourtant rimer avec une hausse des objectifs. Le syndicat FO reste mobilisé et réfléchit à de nouvelles formes d’actions.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Castorama : FO ne signe pas le plan social

Emploi et salaires par Clarisse Josselin

FO a refusé de signer mi-juillet deux accords qui entérinent la fermeture de onze magasins Castorama et Brico Dépôt et suppriment près de 800 postes. Le syndicat conteste le motif économique avancé par la direction.