Ces dangereux partenariats public-privé en vogue en Europe…

Étude par Valérie Forgeront, journaliste L’inFO militante

Le système de partenariat public-privé consiste à faire financer, construire, entretenir et exploiter
un ouvrage public par un opérateur privé.
© Hamilton / REA

Un récent rapport de la Cour des comptes européenne passe au crible des partenariats public-privé (PPP) cofinancés par des fonds européens. Le verdict est cinglant : ces PPP sont pour la plupart inutiles, inefficaces et surtout extrêmement onéreux pour le partenaire public.

Au fil de divers rapports ces dernières années (Igas, Sénat, Cour des comptes…), le recours par la sphère publique aux partenariats public-privé (PPP) est de plus en plus critiqué. Le système PPP, qui consiste à faire financer, construire, entretenir et exploiter un ouvrage public par un opérateur privé, est mis en cause, notamment pour son coût. Si les pouvoirs publics cherchent via les PPP à alléger le poids de leurs investissements, les loyers élevés qu’ils doivent verser pendant des années à l’opérateur privé constituent un gouffre financier. Un récent rapport de la Cour des comptes européenne (CCE, reconnue institution de l’Union européenne-UE depuis 1993) éreinte les PPP cofinancés par l’Europe. Ce rapport a étudié douze des 84 PPP (en France, Grèce, Espagne, Irlande…) cofinancés entre 2000 et 2014. L’UE a participé à hauteur de 5,6 milliards d’euros à ces 84 PPP dont le montant total atteint 29,2 milliards d’euros. Pour la Cour, ces contrats permettent d’alléger les strictes contraintes budgétaires auxquelles sont soumises les dépenses publiques dans l’Union. Depuis les années 1990, quelque 1 749 PPP ont été financés dans l’UE, cela pour un montant total de 336 milliards d’euros. Beaucoup de ces contrats portent sur la construction de routes ou des techniques d’information et communication (TIC).

Un système aux loyers exorbitants

La Commission européenne encourage depuis quelques années le recours aux PPP, remarque la Cour qui de son côté les étrille. Les PPP présentent de multiples insuffisances et des avantages limités, et ils ne peuvent être considérés comme une option économiquement viable pour la fourniture d’infrastructures publiques. Elle juge que sur le montant total des douze PPP étudiés, 1,5 milliard d’euros (dont 422 millions apportés par l’UE) ont été dépensés de manière inefficiente et inefficace. Dans la plupart des cas, le PPP est une solution de facilité dangereuse pour l’intérêt public puisque les conditions de concurrence équitable entre les PPP et les procédures de marché traditionnelles ne sont pas réalisées. Passations de marchés PPP très longues (parfois des années), manque d’efficacité des analyses initiales des besoins (ce qui accroît les retards de construction), scénarios trop optimistes à travers une surévaluation des prévisions d’utilisation des infrastructures (jusqu’à 69 % pour les TIC et jusqu’à 35 % pour les autoroutes). Tout cela augmente le coût des PPP et conduit à des loyers prohibitifs, constate la Cour. 

 

Éclairage : La Grèce étranglée par ses PPP
La répartition des risques entre partenaires est souvent inappropriée, incohérente et inefficace, cela au détriment du partenaire public, note la CCE. Quant à la rémunération élevée du risque pris par l’opérateur privé, elle ne reflète pas toujours la réalité de ce risque. La Grèce, qui a reçu ces dernières années 59 % des fonds européens PPP, a vu le coût au kilomètre de trois autoroutes construites via des PPP augmenter jusqu’à 69 %. Dans le même temps, le pays a dû rabattre ses projets PPP, parfois en les réduisant de 55 %. Un état de fait dû en grande partie à la crise financière, constate la Cour.

Sur le même sujet

A qui sert la dette ?

InFOéco n°100 du 17 février 2015 par Pascal Pavageau

Le 25 janvier, les élections législatives grecques ont rendu leur verdict. Avec ce résultat, de fait, le peuple grec a notamment signifié son rejet de la troïka (l’UE, la BCE et le FMI) et celui de son programme mortifère de politiques d’austérité et de réformes structurelles particulièrement brutales. (...)

L’accord de libre-échange UE Canada signé en 2014 est (enfin) public

Economie par Mathieu Lapprand

L’accord de libre-échange entre l’Union Européenne et le Canada, également appelé Ceta (Comprehensive Economic and Trade Agreement) a été conclu le 18 octobre 2013 et signé le 26 septembre 2014. Mais c’est une version légèrement remaniée qui a été rendue publique par la Commission Européenne le 29 février (...)

Le Télétravail, notre meilleur ennemi ?

Enquête par Evelyne Salamero, journaliste L’inFO militante

Si le travail loin des locaux de l’entreprise, grâce aux smartphones, tablettes et ordinateurs, peut séduire, il recèle d’importants dangers pour les travailleurs, notamment en termes de santé, constate un rapport conjoint de l’OIT (Organisation internationale du travail) et d’Eurofound (Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail), une agence tripartite de l’Union européenne.