Changer de job : 2,3 millions de Français voudraient bien

le chiffre de la semaine par Michel Pourcelot

Les Français qui auraient aimer changer d’emploi étaient 2,3 millions en 2017 selon l’étude « Emploi, chômage, revenus du travail », réalisée par l’Insee et la Dares et publiée le 3 juillet 2018. Parmi eux, 19 % veulent en trouver un plus stable ou craignent de perdre leur emploi actuel, une situation qui, sans surprise, concerne surtout des salariés en contrat à durée limitée (CDD, intérim). 27% le désirent pour améliorer leurs conditions de travail : il s’agit plus souvent de femmes et de personnes de plus de 50 ans.

Le temps et l’argent

Parmi les raisons figurent aussi, bien entendu, le souhait de gagner plus d’argent. Il est davantage invoqué par les professions moins rémunérées (ouvriers, employés) et les non-salariés (agriculteurs, artisans). Mais changer de job n’est pas une chose facile pour une bonne raison : si seuls 38 % des actifs occupés qui souhaitent trouver un autre emploi en recherchent un activement, les autres ne le font pas principalement par manque de temps.

Michel Pourcelot Journaliste

Sur le même sujet

Le travail précaire toujours en augmentation

Emploi par Clarisse Josselin

Le nombre de personnes inscrites à Pôle emploi et exerçant une activité partielle (catégories B et C) a augmenté de 8,2 % en un an, en France métropolitaine, selon les chiffres mensuels publiés le 24 janvier par la Dares, publication qui devient trimestrielle.

L’emploi se maintient au second trimestre grâce à l’intérim

Chômage par Mathieu Lapprand

Pour l’Insee, l’emploi ne décolle toujours pas. Il continue à s’effondrer dans les secteurs de la construction et de l’industrie (90 000 emplois détruits sur un an) et ne progresse légèrement au total sur le trimestre que grâce au redémarrage de l’intérim. Par ailleurs une étude de la Dares montre que le (...)

Chômage : champion toutes catégories, halo quoi...

Revue de presse par Michel Pourcelot

S’appuyant sur des chiffres publiés le 25 octobre par le ministère du Travail, le gouvernement s’est félicité d’une baisse historique du chômage et de l’inversion de sa courbe, laissant septiques opinion et médias face aux chiffres en dents de scie qui ne cessent de se succéder. Entre courbes et (...)