Chantiers de l’Atlantique : FO toujours sur le pont pour défendre le fleuron français de la construction navale

Emploi par Evelyne Salamero

© Jean-Claude MOSCHETTI/REA

Le sort des Chantiers de l’Atlantique de Saint-Nazaire figurait parmi les nombreux sujets d’inquiétude mis par FO sur la table du ministère de l’Economie et des Finances, le 15 octobre. Provisoirement nationalisé en 2017, ce fleuron français est aujourd’hui en passe de tomber entre les mains de l’Italien Fincantieri. La fédération FO des Métaux et la section locale ont plaidé pour le maintien de leur nationalisation tant qu’une solution française n’aura pas été trouvée.

C’est à sa demande que la fédération FO des Métaux a été reçue le 17 octobre à Bercy, par Alois Kirchner, directeur de cabinet de la secrétaire d’État Agnès Pannier-Runacher. Menaces pesant sur l’industrie automobile du fait de l’arrêt programmé des moteurs thermiques ou encore dégradation alarmante de la recherche et du développement chez Schneider… Les motifs d’inquiétude portés par FO au ministère étaient nombreux. Parmi eux, le sort réservé aux Chantiers de l’Atlantique, dont FO a rappelé qu’ils sont le dernier grand chantier naval de la France.

Provisoirement nationalisés en 2017 par le gouvernement français qui avait alors fait valoir le droit de préemption de l’État, les Chantiers de l’Atlantique sont aujourd’hui en passe de tomber définitivement entre les mains du groupe Fincantieri, détenu à 71,64% par l’État italien. Il ne manque que le feu vert de la Commission européenne pour finaliser la transaction.

Celle-ci examine actuellement, à la demande de la France et de l’Allemagne et sur la base du règlement de l’Union européenne sur les concentrations, les conséquences qu’aurait cette transaction en termes de concurrence libre et non faussée, notamment à l’égard d’un troisième concurrent, l’allemand Meyer Werft. Bruxelles doit se prononcer imminemment. Toutefois, si elle juge qu’un examen plus approfondi est nécessaire et requiert davantage d’informations que celles déjà transmises par les parties, sa réponse peut être reportée de trois mois.

Près de quinze ans à passer de mains en mains

Frédéric Homez, secrétaire général de la Fédération FO des Métaux et Nathalie Durand-Prinborgne, secrétaire de la section FO Métaux des Chantiers ont plaidé pour le maintien de la nationalisation tant qu’une solution française n’aura pas été trouvée.

Il serait temps en effet… Les chantiers de Saint-Nazaire ont d’abord été vendus par Alstom aux chantiers norvégiens Aker Yards en 2006. Ces derniers ont eux-mêmes été rachetés par le coréen STX en 2008, lequel a été placé en liquidation judiciaire en 2016. La justice sud-coréenne a alors lancé un appel d’offre international pour sa filiale STX France, et donc les chantiers de Saint-Nazaire. C’est avec l’italien Fincantieri, détenu à 71,64% par l’État italien, qu’un contrat de cession a été conclu en avril 2017. L’État français ne détenait alors que 33,3% du capital des chantiers.

Au final, le gouvernement français, jugeant que l’accord de vente ne présentait pas assez de garanties pour les emplois et la protection du savoir-faire industriel du site, a fait valoir le droit de préemption de l’État et annoncé sa décision de nationaliser les chantiers le 27 juillet 2017. Une nationalisation provisoire, le ministre Bruno Lemaire avertissant dès le début que les chantiers n’ont pas vocation à rester sous le giron de l’État. Le gouvernement français entendait également éviter un risque de transfert de technologies et de commandes vers la Chine, partenaire de Fincantieri dans la construction de navires.

Aujourd’hui, les réponses de Bercy ne rassurent pas FO

En quoi la situation serait-elle différente aujourd’hui ? Interrogé le 17 octobre par Frédéric Homez, le directeur de cabinet Alois Kirschner a assuré que le gouvernement avait pris de nouvelles garanties pour la sauvegarde des emplois et que l’État français garderait une minorité de blocage dans le capital. Le représentant du gouvernement a également indiqué que tout est de toutes les façons désormais suspendu à la décision de Bruxelles de valider cet accord ou pas, et que le gouvernement français ne peut rien faire tant que celle-ci ne sera pas connue.

Cela ne nous rassure pas du tout, commente Nathalie Durant-Prinborgne. Les salariés, a-t-elle fait valoir au ministère, sont échaudés par les mauvaises expériences du passé : La minorité de blocage n’est pas une garantie suffisante, elle ne nous a jamais protégés, elle n’a pas empêché STX de nous mettre en concurrence avec un autre de ses chantiers en Finlande par le passé. Quant aux promesses de sauvegarde des emplois, nous avons bien vu ce qui s’est passé à Florange avec Arcelor Mittal et ce qu’a pu faire General Electric avec Alstom.

Des Chantiers pourtant en bonne santé

La section FO des Chantiers de l’Atlantique pointe toujours la forte coopération de Fincantieri avec la Chine sur la construction de paquebots, une perte d’autonomie et de gouvernance du chantier, et, à terme, de potentielles conséquences néfastes sur l’emploi direct et la sous-traitance (environ 3 000 emplois directs et 5 000 emplois indirects dans les entreprises sous-traitantes), du fait notamment d’emplois doublons.

Notre chantier a la capacité de décrocher des commandes sans être adossé à un grand groupe et la capacité de les financer à des taux plus intéressants que ceux dont bénéficie Fincantieri, souligne la section FO.

De fait, trois paquebots sont actuellement en cours de construction sur les chantiers et un niveau de commandes historiquement élevé est enregistré depuis le début de l’année : quatre pétroliers ravitailleurs pour la Marine nationale, deux autres paquebots et une sous-station électrique pour le parc éolien de Saint-Nazaire. De quoi garantir du travail jusqu’en 2029.

FO demande le maintien de la nationalisation tant qu’une solution française n’aura pas été trouvée

Pour toutes ces raisons, la section FO considère que tant qu’une solution française ne sera pas trouvée, il est indispensable de maintenir la nationalisation du dernier grand chantier naval du pays. Le rachat des chantiers de l’Atlantique par Fincantieri représente une menace pour l’emploi. Les réponses de Bercy ne garantissent pas la souveraineté de l’État : une autre solution doit être mise en œuvre, appuie la fédération FO des Métaux, par la voix de son secrétaire général Frédéric Homez.

Ayant effectivement le sentiment de ne pas avoir été entendue au ministère, FO va intervenir auprès des députés de tous bords pour obtenir leur soutien, indique Nathalie Durand-Prinborgne.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante - Rubrique internationale

Sur le même sujet

Un comité confédéral national très déterminé

Toute l’actualité par Evelyne Salamero

Évoqué dès les premiers mots du discours d’ouverture du secrétaire général, le combat contre la loi Travail a été au cœur des débats du parlement de FO les 28 et 29 septembre à Paris. Cette question n’a pas occulté pour autant les autres revendications.

Alstom et STX : deux fleurons industriels en danger

Métallurgie par Métaux

La Fédération FO de la Métallurgie, dans le cadre de la défense de l’industrie, de l’emploi et des salariés, suit l’évolution de la stratégie des deux fleurons industriels français, à savoir : Alstom et STX.

Aides publiques : l’absence d’engagement des entreprises fait défaut

Economie par Valérie Forgeront

Les pouvoirs publics doivent-ils encore aider sans contreparties des entreprises, voire des multinationales lesquelles ne sont pas forcément dans le besoin ? Que faire face à des patrons qui empochent des aides publiques, ne préservent pas les emplois et mettent la clé sous la porte pour aller voir si la compétitivité est meilleure ailleurs ? Pour FO l’État doit prendre ses responsabilités.