Chantiers de l’Atlantique : naufrage évité

Fédération FO Métaux par Métaux

rea_288436_068

La Fédération FO Métaux a pris acte de la décision commune de la France et de l’Italie de l’abandon du projet de rachat des Chantiers de l’Atlantique par Fincantieri.

Pour notre organisation syndicale, cette décision a tardé à intervenir mais constitue une belle victoire pour l’industrie française, qui protégera ce fleuron industriel national. Dans le contexte économique actuel, FO Métaux rappelle que l’industrie nationale doit être défendue et que son développement doit se faire sur notre territoire.

Notre Fédération remercie l’équipe syndicale de la section FO des Chantiers de l’Atlantique, le syndicat des métaux de Saint-Nazaire, l’Union Départementale ainsi que la Confédération et son secrétaire Général Yves Veyrier, qui s’est personnellement impliqué sur ce dossier industriel, sans oublier l’ensemble des acteurs sociaux et économiques, tant locaux et nationaux qu’européens, qui ont œuvré à la sauvegarde des Chantiers de l’Atlantique et se sont battus avec FO pour que les savoir-faire et les technologies des Chantiers de l’Atlantique ne soient pas pillés par l’industrie chinoise de ce secteur.

L’affaire aura fait couler beaucoup d’encre, mais il faut espérer que, cette fois, elle aura servi de leçon à celles et ceux qui, par une ambition et un appétit démesurés, ont mis en danger une entreprise nationale de premier plan.

Notre organisation syndicale n’est cependant pas naïve : la question de la vente des Chantiers de l’Atlantique sera sans doute à nouveau posée dès que la crise sanitaire sera surmontée. La vigilance restera donc encore longtemps de mise, tout comme la nécessité de souligner qu’une nationalisation définitive de ce géant des mers reste à nos yeux la solution la plus pérenne et sécurisée dans le cadre d’une véritable stratégie industrielle.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Salaires : 2 500 manifestants devant le groupe Safran pour les salaires

Emploi et Salaires

Près de 10 000 grévistes pour le groupe, 2 000 manifestants à Paris et 500 à Toulouse, les salariés de Safran se mobilisent, dans le cadre des NAO, pour de vraies augmentations de salaires. Sans concertation, le groupe ne propose qu’un mix d’augmentations de salaires et d’améliorations de (...)