Cheminots : l’heure est à la grève reconductible

Rail par Evelyne Salamero

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Rassemblement des Cheminots le 13 avril 2016 à Paris pour la défense du Décret socle avec comme base à minima le RH0077 (organisation du travail pour les cheminots). F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Après plusieurs journées de grève très suivies en mars et avril contre le nivellement par le bas de leurs conditions de travail, dans le cadre de la réforme ferroviaire et de l’ouverture à la concurrence, les cheminots sont de nouveau mobilisés. Cette fois, FO, notamment, appelle à une grève reconductible à compter de ce 18 mai.

Le 12 mai, le bureau fédéral FO cheminots a lancé un « appel solennel » à l’ensemble des salariés du secteur ferroviaire « à la grève reconductible à partir du 18 mai jusqu’au retrait de la loi travail et l’obtention d’un décret socle sur la base minimale du décret actuel (RH0077) ».

Pourquoi ?

En mars dernier le gouvernement, en application de la réforme ferroviaire votée en 2014 pour adapter le fonctionnement du secteur à l’ouverture à la concurrence imposée par Bruxelles, a présenté une nouvelle réglementation du travail minimum (décret socle) pour toutes les entreprises, y compris privées, du secteur (que le ferroviaire soit leur activité principale ou non).

Les cheminots exigent que cette réglementation minimum ou décret socle soit au moins au niveau de la réglementation actuellement en vigueur à la SNCF (RH0077). En clair, ils revendiquent que les conditions de travail les plus favorables actuellement appliquées aux 150 000 cheminots de la SNCF soient étendues aux 5000 employés des entreprises privées nées de l’ouverture à la concurrence.

A l’inverse, le décret socle présenté par le gouvernement abaisse les droits de l’ensemble des cheminots. Il réduit, par exemple les temps de repos des conducteurs, ce qui, notons-le au passage, n’est pas sans conséquence sur la sécurité des voyageurs...

Bien évidemment, l’organisation patronale, l’UTP (Union des transports publics et ferroviaires, représentée au conseil exécutif du Medef) suit cette même logique et propose une convention collective nationale pour les seules entreprises du secteur dont le ferroviaire est l’activité principale qui, loin d’améliorer le décret socle, se contente pour l’essentiel d’en reprendre les dispositions.

La même logique que celle de la loi Travail, dénonce FO Cheminots

Une nouvelle réglementation minimum qui abaisse leurs droits, une nouvelle convention collective qui n’améliore pas la réglementation minimum… Cette logique, dénoncent les cheminots FO, est la même que celle du projet de loi travail : la hiérarchie des normes est inversée et le principe de faveur remis en cause. Un constat qui a amené la fédération FO des cheminots à se joindre depuis le début à la mobilisation interprofessionnelle pour le retrait du projet de loi Travail.

« Allons-y ! »

La dernière séance de négociation de la convention collective portant sur l’organisation du travail doit se tenir ce jeudi 19 mai.

Dans son appel solennel du 12 mai, le bureau fédéral de FO Cheminots, « condamne toutes les tentatives de diversion et de division consistant à appeler à d’autres formes d’actions qui affaibliraient le mouvement reconductible du 18 mai. » La CFDT et l’UNSA devaient décider ce mardi 17 mai d’une éventuelle grève dans la semaine du 23 mai…

FO Cheminots explique au contraire : « La direction sait que le 18 mai va être suivi et que ça pourrait être le départ d’une grève forte et reconductible jusqu’à satisfaction. Le gouvernement a peur que les salariés se joignent, comme c’est déjà le cas, à cette grève et que le caractère interprofessionnel soit la réponse au gouvernement sur l’utilisation du 49-3 (…) ». Et elle conclut : « allons-y ! », appelant les cheminots à participer massivement aux assemblées générales dès le 18 mai pour discuter de la suite à donner au mouvement.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Loi Travail

Le 19 mai au soir, les confédérations FO et CGT et les organisations syndicales FSU, Solidaires, et étudiantes et lycéennes UNEF, FIDL et UNL s’appuyant sur une mobilisation encore confortée ont décidé d’en appeler solennellement au Président de la République, considérant que le gouvernement n’avait d’autre issue que le dialogue.
Dans un contexte de développement de la grève elles appellent à une nouvelle journée de manifestations le 26 mai et de « renforcer l’action par une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation nationale à Paris le 14 juin, au début des débats au Sénat. » Elles mettent aussi en place une grande votation des salariés.

Mobilisation : FO prépare activement le 28 avril

Dossier Loi Travail par  Valérie Forgeront

Lancée à l’appel de quatre organisations syndicales (FO, CGT, FSU et Solidaires) et de trois organisations étudiantes et lycéennes, la journée d’action pour le retrait du projet de loi Travail le 28 avril sera la deuxième journée de grève et la sixième mobilisation depuis le 9 mars. À cette date, le (...)

Réussir le 31 mars contre la loi chômage et précarité

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Le 31 mars doit être réussi et, d’après les informations qui nous remontent, il le sera. Réussir le 31 mars sera un point d’appui important dans notre mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi Travail.
Les auditions que nous avons eues avec des groupes parlementaires montrent que nombre de (...)