Chez Mondelez, la hausse des salaires obtenue par une mobilisation « historique »

InFO militante par Sandra Déraillot, L’Info Militante

Les usines françaises du groupe biscuitier Mondelez avaient enclenché un mouvement de grève dès fin novembre pour faire pression sur les négociations annuelles obligatoires. Cela a porté ses fruits.

Les négociations annuelles obligatoires, portées par un mouvement de grève lancé dès novembre sur l’ensemble des neuf sites français du biscuitier Mondelez ont abouti à acter une augmentation générale des salaires de 5 % au 1er mars prochain. Les syndicats représentatifs espéraient 8 %. L’employeur, lui, proposait une revalorisation limitée à 3,6 %, assortis d’une prime sur objectif. Contestant cette proposition, insuffisante et incapable de compenser l’inflation, ils ont donc stoppé les lignes de production des biscottes, roulés à la confiture et autre biscuits nappés de chocolat.

Un mouvement historique

Chaque site a choisi ses modalités de grève. A Cestas en Gironde, le mouvement a commencé dès le 30 novembre, le premier jour des négociations, avec un débrayage quotidien de deux heures pour chacune des trois équipes qui se relaient pour faire tourner l’usine. A Besançon, un premier débrayage a eu lieu le 5 décembre, pour une durée de 24 heures. Puis un second le lundi 12, poursuivi le mardi 13 et le mercredi 14. Le 12, le mouvement a été suivi à 95 % chez nous, et cela a entraîné l’arrêt total des lignes de production, souligne Estelle Levoy, déléguée syndicale FO à l’usine de Granville. Ce jour-là, toutes les usines françaises du groupe étaient en grève. Historique, selon Jérôme Gruhs, délégué syndical à Jussy (Aisne).

Au final, les négociations ont permis d’inclure la prime que proposait l’employeur dans l’augmentation générale, afin que tous les ouvriers et employés en bénéficient. S’ajoutent une revalorisation de la prime annuelle carburant, à 300 euros (contre 200 euros l’année dernière) et une prime de partage de la valeur de 500 euros. Ce sont de bonnes négociations, estime Laurent Baudiquey,délégué syndical FO à Besançon et coordinateur national. Nous avons le sentiment d’avoir été écoutés.

Sandra Déraillot Journaliste à L’inFO militante

L’Info Militante

Sur le même sujet

Métallurgie : Grève chez Renault Trucks contre les suppressions d’emplois

Emploi et Salaires

Un millier de cadres et techniciens de Renault Trucks à Lyon (groupe Volvo) étaient en grève et ont manifesté le 9 juin, à l’appel de FO et des cinq autres syndicats de l’entreprise, contre un plan social de plus de 500 suppressions d’emplois sur le site. Les syndicats craignent des licenciements secs. (...)

Hôpitaux de Paris : vers une sixième journée de mobilisation

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Après une cinquième journée de grève et de manifestation le 17 septembre, les employés de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris restent mobilisés contre la réorganisation du temps de travail voulue par la direction. Tous les syndicats appellent les 75 000 salariés à des assemblées générales et à des (...)

Soutien à l’action du 7 mars 2017

Communiqué de FO

La Confédération Force Ouvrière soutient ses fédérations du public appelant à une journée de grève et de manifestations le 7 mars 2017.
Hospitaliers, territoriaux, agents de l’État de différents secteurs, auxquels se joignent la sécurité sociale et l’action sociale, entendent mettre en avant les (...)