Chiffre d’aujourd’hui : 100 000 dollars au soleil du Transpacifique

International par Michel Pourcelot

Le site internet WikiLeaks a, le 2 juin dernier, offert 100 000 dollars, soit quelque 89 000 euros, à quiconque révèlera au grand jour l’intégralité de l’accord de Partenariat Trans-Pacifique (PTP), dont il a lui-même déjà dévoilé quelques chapitres mais dont la majeure partie reste inconnue. Actuellement toujours en négociation, le TPP inclut les États-Unis, son initiateur, ainsi qu’une douzaine de pays dont l’Australie, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, Brunei et Singapour. Selon Wikileaks, il vise à « créer un nouveau régime juridique international qui permettra aux sociétés transnationales de contourner les tribunaux nationaux, de se soustraire à la protection de l’environnement, de contrôler Internet pour le compte des fournisseurs de contenus et de limiter la disponibilité des médicaments génériques abordables ». De ce côté-ci de la planète, les États-Unis négocient toujours avec la Commission européenne le TTIP, partenariat transatlantique de commerce et d’investissement. Et cela, selon les propres mots de la Commission, « de manière aussi ouverte que possible ».

Michel Pourcelot Journaliste

Tous les articles du dossier

Une course à la compétitivité bien cher payée

International par Pascal Pavageau, Secteur Économique, Secteur Europe - International

Parmi les enjeux négociés dans le projet de TTIP, deux d’entre eux sont particulièrement polémiques : la soi-disante convergence réglementaire entre les normes européennes et américaines et l’instauration d’une clause d’arbitrage (ISDS) censée juger tout conflit entre une entreprise privé américaine ou européenne et les États signataires du TTIP.

« Stop TTIP, Ceta » : 15 000 manifestants à Bruxelles à la veille de la réunion des ministres du Commerce de l’Union européenne

Libre Echange par Evelyne Salamero

Jeunes, étudiants, retraités, salariés, chômeurs, entre amis, en famille, ou en délégations syndicales… A l’appel de diverses associations et des centrales syndicales belges, quelque 15 000 personnes ont défilé le 20 septembre à Bruxelles, à 17 heures, « après le travail et l’école » comme a dit un (...)