Chiffre d’aujourd’hui : 100 000 dollars au soleil du Transpacifique

International par Michel Pourcelot

Le site internet WikiLeaks a, le 2 juin dernier, offert 100 000 dollars, soit quelque 89 000 euros, à quiconque révèlera au grand jour l’intégralité de l’accord de Partenariat Trans-Pacifique (PTP), dont il a lui-même déjà dévoilé quelques chapitres mais dont la majeure partie reste inconnue. Actuellement toujours en négociation, le TPP inclut les États-Unis, son initiateur, ainsi qu’une douzaine de pays dont l’Australie, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, Brunei et Singapour. Selon Wikileaks, il vise à « créer un nouveau régime juridique international qui permettra aux sociétés transnationales de contourner les tribunaux nationaux, de se soustraire à la protection de l’environnement, de contrôler Internet pour le compte des fournisseurs de contenus et de limiter la disponibilité des médicaments génériques abordables ». De ce côté-ci de la planète, les États-Unis négocient toujours avec la Commission européenne le TTIP, partenariat transatlantique de commerce et d’investissement. Et cela, selon les propres mots de la Commission, « de manière aussi ouverte que possible ».

Michel Pourcelot Journaliste à L’inFO militante

Tous les articles du dossier

TTIP : 8e cycle de négociations

La lettre électronique @ ctualités Europe – International n°26 par Secteur Europe - International

Consultation publique et ISDS Le 8e cycle de négociations du TTIP s’est tenu début février après la publication par la Commission Européenne des résultats de la consultation publique lancée en juillet 2013. Cette consultation, majoritairement suivie avec plus de 150 000 réponses, a fait l’objet d’une (...)

Une libéralisation de secteurs sans précédent

Dossier Traités de libre-échange commerciaux par Pascal Pavageau, Secteur Économique, Secteur Europe - International

En dehors de la convergence réglementaire et de la mise en place des tribunaux d’arbitrage (ISDS), le TTIP est également dévastateur en matière de libéralisation des secteurs. En effet, le projet de TTIP vise en priorité les barrières non tarifaires, c’est-à-dire les normes sanitaires, sociales ou environnementales qui font obstacle aux échanges commerciaux et à l’investissement.