Christian Grolier, Secrétaire général de l’UIAFP FO, l’Union interfédérale des agents de la fonction publique FO

Événement par Valérie Forgeront

Christian Grolier, Secrétaire général de l’UIAFP FO

L’ensemble du secteur public vote le 4 décembre. Quel est l’enjeu de ce scrutin pour les fonctionnaires FO ? L’enjeu, c’est la représentativité de FO dans les trois versants de la fonction publique. Depuis 2011, FO est la première organisation à l’État et se situe en troisième position dans l’hospitalière et la territoriale. De fait, sur l’ensemble de la fonction publique, FO occupe actuellement la troisième place syndicale. Il s’agit de progresser encore et de se placer en seconde position, par exemple ! Contrairement à d’autres, l’organisation FO ne se situe pas dans l’accompagnement de mesures gouvernementales et compte donc pouvoir continuer à porter des revendications précises dans les différentes instances. Sachant que le principe des accords majoritaires sera applicable dès cette fin d’année, conformément à ce que prévoit la loi de rénovation du dialogue social de 2010, plus FO aura du poids, mieux ce sera pour faire entendre et aboutir les revendications des agents.

 L’actualité de l’Union interfédérale des agents de la fonction publique FO est sur le site www.fo-fonctionnaires.fr.

Valérie Forgeront Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Manuel Valls annonce la couleur : un super plan d’austérité !

Conseil des ministres du 16 avril 2014

En confirmant et précisant le plan de 50 milliards d’économies sur les dépenses publiques jusqu’en 2017, pour se conformer au pacte budgétaire européen, le Premier ministre s’attaque au coeur de la solidarité qu’incarne le service public et accentue la baisse du coût du travail.
Les salariés payent le (...)

Pascal Pavageau : « Supprimer des effectifs et des services publics est stupide ! »

Acteurspublics le 5 avril 2017 par Pascal Pavageau

Pour le Secrétaire confédéral du Secteur économique de Force Ouvrière, l’approche budgétaire de la fonction publique et des services publics privilégiée par certains candidats à l’élection présidentielle est une menace pour l’avenir de notre modèle social, particulièrement dans les territoires ruraux. Une interview réalisée le 4 avril.