CHU d’Angers : La mobilisation prend de l’ampleur

Hôpital par Françoise Lambert

Jeudi 9 juin, le personnel du Centre hospitalier universitaire (CHU) d’Angers en grève s’est rassemblé sur la place centrale de l’établissement pour revendiquer des moyens en personnel à la hauteur des besoins.

Un mouvement parti des urgences

La grève entamée le 23 mai au sein du service des urgences à l’appel de FO, de la CGT et SUD, s’est étendue à d’autres services comme le laboratoire de l’hôpital ou le service des ambulances.

Le 9 juin, deuxième jour de grève généralisé au sein de l’établissement, les salariés du CHU se sont réunis en assemblée générale. Ils ont fait le point, service par service, sur des revendications précises qui seront portées auprès de la direction.

Deux nouvelles journées de grève à venir

Ils ont aussi voté le principe de deux nouvelles journées de mobilisation : la première le 14 juin, jour de la grève et de la manifestation nationales contre le projet de loi El Khomri, et la seconde le 21 juin, jour du dépôt auprès de la direction des revendications portées par les salariés du CHU.

Françoise Lambert Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

7 mars : La mobilisation en marche

Toute l’actualité par Françoise Lambert

Depuis la mobilisation nationale de la santé, de l’action sociale et de la Sécurité sociale le 8 novembre 2016 – et avant celle du 7 mars prochain – de nombreuses actions ont lieu un peu partout en France. Dans les hôpitaux de Marseille (AP-HM), les agents continuent de combattre les plans d’économies que la direction tente d’imposer.

Dans le Maine-et-Loire, grève et manifestations dans des hôpitaux

Santé par Françoise Lambert

Après la journée nationale de grève et de manifestations de la Fonction publique le 22 mars, la mobilisation se poursuit dans différents établissements hospitaliers. Exemples dans le Maine-et-Loire : au CHU d’Angers et au Centre de santé mentale angevin (CESAME), les agents étaient en grève les 29 et 30 avril à l’appel de FO et d’autres organisations syndicales. Une nouvelle journée de mobilisation est programmée le 5 avril. Le mouvement pourrait d’ici là s’étendre à d’autres établissements du département.