Clairvaux : les agents manifestent à l’appel de FO devant le ministère de la Justice

Pénitentiaire par Clarisse Josselin

Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Une cinquantaine d’agents de la prison centrale de Clairvaux (Aube), accompagnés d’élus locaux et de collègues de région parisienne, ont manifesté le 7 juillet devant le ministère de la Justice, à l’appel du syndicat FO pénitentiaire. Ils s’opposent à la fermeture sur cinq ans de l’établissement au nom de sa vétusté, une décision confirmée le 15 juin par le ministre Jean-Jacques Urvoas.

« On est venus crier notre colère et montrer qu’on ne lâche rien, on demande au ministre de revenir sur cette décision qu’on ne comprend pas et de maintenir Clairvaux », explique Clément Mathieu, secrétaire du syndicat FO de l’établissement.

Une délégation composée de délégués syndicaux et d’élus locaux a été reçue durant deux heures et demi par le directeur de cabinet du ministre de la Justice. « Il a balayé tous nos arguments et nous a affirmé qu’il n’y aura plus de transfert de détenus vers Clairvaux, seulement des départs, dénonce Frédéric Stoll, délégué régional FO pénitentiaire. Depuis le début, on ne nous dit que des mensonges. Des postes de mobilité en surplus sont ouverts dans les établissements voisins, ils veulent fermer au plus vite. »

Les agents, qui déjà avaient bloqué les transferts de détenus le 6 juillet, promettent de mener de nouvelles actions.


Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Prisons : négociations rompues entre les surveillants et le gouvernement

Emploi et Salaires par Valérie Forgeront

Alors que débute une deuxième semaine de blocage des établissements pénitentiaires, des négociations se sont ouvertes le lundi 22 janvier entre la garde des Sceaux, Mme Nicole Belloubet et les syndicats de personnels de surveillance dont le SNP-FO. Le 23 janvier les syndicats dont FO ont quitté la 2e séance de négociations.

La centrale de Clairvaux, un symbole pénitentiaire en sursis

Prison par Clarisse Josselin

Mi-avril, le ministre de la Justice annonçait la fermeture subite de la prison de Clairvaux, avant de reporter sa décision à fin juin. Construite dans l’enceinte de l’abbaye du même nom, elle accueille des détenus depuis 1814. Lieu de mémoire, c’est aussi l’un des établissements les plus sûrs de France.