Clauses de désignation : le Comité Européen des Droits Sociaux donne raison à FO

Communiqué de FO par Philippe Pihet

À la suite de l’accord national interprofessionnel de 2013 – non signé par Force Ouvrière – le Conseil constitutionnel avait écarté les clauses de désignation au nom de la liberté d’entreprendre et de la liberté contractuelle. Ces clauses entrainent l’obligation, généralisée à l’ensemble des entreprises de la branche, de souscrire un contrat de complémentaire santé ou de prévoyance couvrant ainsi tous les salariés de la branche auprès de l’organisme d’assurance désigné par les interlocuteurs sociaux.

Y voyant une atteinte au droit de la négociation collective, Force Ouvrière a porté cette décision devant le Comité européen des droits sociaux, qui vient de lui donner gain de cause. À l’unanimité, il conclut à une violation de l’article 6 alinéa 2 de la Charte sociale européenne : l’interdiction générale des clauses de désignation n’est pas proportionnée au but légitime poursuivi.

Force Ouvrière s’en félicite : cette décision est une grande victoire pour la mutualisation, dans un domaine où elle prend tout son sens. La mutualisation permet en effet de préserver la logique de solidarité en matière de protection sociale complémentaire en même temps que l’égalité de traitement entre salariés d’une même branche professionnelle. Elle garantit par ailleurs un niveau de prestation et de cotisation, là où les clauses de recommandation ouvrent le marché de la prévoyance à la concurrence lucrative.

Ce rapport du Comité européen des droits sociaux vient d’être transmis au Comité des ministres. Mais sans attendre, Force Ouvrière en appelle au Législateur et à l’Exécutif pour que soit intégré au Code de la Sécurité sociale un dispositif de mutualisation au niveau de la branche dans le domaine des complémentaires.

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Dividendes et taxation des profits

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Lors de la réunion en audioconférence avec le président de la République, FO a appelé le gouvernement à prendre des mesures coercitives interdisant les versements de dividendes, estimant que la solidarité doit concerner tout le monde.

Protéger les salariés au service des personnes âgées, handicapées, assistantes maternelles …

Communiqué de FO par Yves Veyrier

Ce matin, lors de la réunion en audio conférence avec le président de la République, le Secrétaire général de FO a fait part de la très forte préoccupation concernant à la fois les personnels de santé et les salariés des services à domicile, qui sont mobilisés, auprès des personnes âgées, handicapées, et des assistantes maternelles et enseignants pour la garde des enfants d’autres salariés eux-mêmes mobilisés.

Crise du coronavirus dans les EHPAD : plus que jamais répondre en termes de moyens effectifs aujourd’hui et demain !

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Alors que la France, en confinement, subit de plein fouet la crise du Coronavirus et les effets des politiques d’austérité envers le secteur hospitalier (toujours dénoncées par FO), les personnes âgées sont particulièrement fragilisées et les premières victimes. Leur personnel soignant et non soignant est aussi en première ligne.