Climat : Il est encore temps d’agir

Actualités

«  Polar Bear AdF  » par Arturo de Frias MarquesTravail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons.

Dans son dernier rapport, le GIEC, groupe intergouvernemental sur l’évolution du climat, composé de plus de 800 scientifiques, met l’accent une nouvelle fois sur le réchauffement climatique rapide, dû de façon prédominante à l’activité humaine, et sur « le risque de conséquences graves, généralisées et irréversibles pour l’être humain et les écosystèmes ».

Le rythme actuel d’élévation du niveau de la mer est plus important que lors des deux derniers millénaires et « la concentration de dioxyde de carbone atteint un niveau sans précédent depuis 800 000 ans ».

L’impact économique de politiques ambitieuses de réduction des émissions de CO2 peut être limité, selon le GIEC, qui l’évalue à 0,06 point sur un taux de croissance de la consommation continuant d’augmenter entre 1,6 et 3 %.

Sur le même sujet

COP 24 : rendez-vous à la COP 25 ?

Réchauffement climatique par Evelyne Salamero

Alors que la clôture officielle de la 24e Conférence des parties de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, ouverte à Katowice en Pologne le 3 décembre, était prévue pour ce vendredi 14 décembre, les négociations, laborieuses, entre États pourraient bien ne se terminer que samedi, voire dimanche. L’issue reste incertaine, tant du point de vue de leurs engagements en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre que des mesures sociales à prendre pour garantir une « transition juste », en particulier en termes de sauvegarde des emplois dans les secteurs à forte émission de CO2.