CNHI : la fermeture pouvait être évitée

Fédération FO Métaux par Métaux

Communiqué de FO Métaux

Après l’annonce de la fermeture du site de Tracy-le-Mont, dans l’Oise, les salariés de CNH Industrial sont en état d’hébétude. La menace planait depuis plusieurs mois sur cette usine qui fabrique depuis près de 60 ans des vérins hydrauliques pour les engins agricoles et de BTP. Elle a maintenant une date : septembre 2022. Avec le site, ce sont 73 emplois qui vont disparaître. FO dénonce une situation qui aurait pu être évitée.

La direction affirme que l’avenir du site était compromis, mais depuis 2009, rien n’a été fait, malgré les alertes répétées des élus FO auprès de la direction générale sur le manque de moyens et d’investissements pour pérenniser le site de Tracy-le-Mont. Les décisions stratégiques globales concernant l’activité n’ont jamais été à la hauteur des enjeux pour augmenter les parts de marchés. La volonté claire de la direction de ne pas charger le site a eu pour conséquences de nombreuses périodes d’activité partielle au cours des dernières années, subies essentiellement par les salariés et non par le H groupe. D’autant que les « stratèges » d’hier sont depuis partis avec leurs parachutes dorés et n’ont plus à assumer les conséquences de leurs désastreuses décisions.

Pourtant, malgré le peu de moyens accordés, les salariés de Tracy-le-Mont se sont toujours battus pour assurer la production, la qualité et les résultats du groupe. Aujourd’hui, ils ont toutes les raisons d’être particulièrement inquiets quand ce dernier assure qu’il les accompagnera « au mieux ». La fermeture définitive qui vient d’être annoncée est inacceptable, autant pour toutes les familles qui sont touchées, que pour un département qui a déjà trop souffert des crises successives !

FO Métaux revendique des propositions de reclassement dans les usines du groupe et une compensation financière digne de ce nom pour chaque salarié concerné par cette fermeture. La Fédération FO de la métallurgie dénonce le manque de considération de ses représentants FO ainsi que des salariés, plus particulièrement face à la situation économique et sanitaire que tous subissent depuis un an. Elle s’insurge aussi face aux trop nombreuses entreprises qui continuent de privilégier la logique financière à la logique industrielle, et font primer la rentabilité sur l’humain.

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Industrie : pour FO, éteindre les incendies ne suffit pas !

Economie par  Valérie Forgeront

De multiples cas l’ont encore montré récemment, les pouvoirs publics agissent souvent tels des pompiers pour tenter de sauver in extremis des sites industriels en difficulté et leurs emplois. Or, souligne FO, au-delà d’une injection de financements d’urgence au bénéfice d’entreprises qui parfois ont déjà perçu des aides publiques sans pour autant d’ailleurs que cela ne se répercute positivement sur l’emploi, les pouvoirs publics doivent s’engager dans une vraie politique industrielle. L’État en premier lieu doit davantage se faire stratège.