Code du travail : la vigilance s’impose

Éditoriaux de FO par Jean-Claude Mailly

Le Premier ministre et la ministre du Travail ont dévoilé leurs intentions en matière de Code du travail et de négociation collective.

Si le principe de la hiérarchie des normes est confirmé – ce que nous demandions –, il faudra être très vigilant sur la suite car nombre d’ambiguïtés demeurent. Il ne faudrait pas que ce principe soit comme le tableau de Magritte où est dessinée une pipe avec comme légende : « Ceci n’est pas une pipe ».

Rien, en effet, ne garantit pleinement l’articulation des différents niveaux de négociation et le contenu même du Code du travail. Ainsi, si la branche doit demain jouer un rôle moteur (ce qui suppose une diminution du nombre actuel de branches), comment peut-on écrire qu’il y aurait des dispositions supplétives applicables en cas d’absence d’accord d’entreprise ou de branche ?

Par ailleurs, où est passé l’ordre public absolu, celui auquel on ne peut pas déroger, en plus ou en moins ?

Pourquoi précipiter les choses en matière de durée du travail et de congés ? S’il n’est pas question de remettre en cause la durée légale, s’agit-il de permettre de nouvelles dérogations sur un thème où elles sont déjà nombreuses ?

L’exemple donné par le Premier ministre (permettre, par accord d’entreprise majoritaire, de travailler 46 heures hebdomadaires douze semaines de suite) est de ce point de vue révélateur. Si ce n’est pas autorisé aujourd’hui (sauf accord de branche et décret), c’est pour protéger la santé des travailleurs.

Par ailleurs, quatre missions vont être mises en place, dont l’une doit terminer ses travaux en 2018.

Le dossier n’est donc qu’entrouvert, et la vigilance comme la méfiance s’imposent.

La résistance aussi. 

Abonnez-vous à la newsletter « Éditoriaux de FO »

Sur le même sujet

La lutte contre les discriminations sur le devant de la scène

Communiqué de Force Ouvrière par Didier Porte, Secteur juridique

Mardi 19 mai 2015, ont été présentées les 18 propositions issues du rapport de synthèse du groupe « dialogue sur la lutte contre les discriminations ».
Les trois ministres présents (Travail, ville et justice) ont apporté des réponses qui dans leur grande majorité satisfont FO.
FO se félicite des (...)

Lot-et-Garonne : Obtenir le retrait du projet de loi Travail

Congrès d’UD par Françoise Lambert, journaliste L’inFO militante

Le XXVe congrès des syndicats FO de l’Union départementale du Lot-et-Garonne s’est tenu à Bon Encontre, à côté d’Agen, le samedi 11 juin. Christophe Attias (SNUDI) a été élu secrétaire général de l’Union départementale, en remplacement Christian Mary, qui avait souhaité ne pas attendre la retraite pour se retirer de ses responsabilités, dans le but de contribuer au rajeunissement de l’équipe.

Développement de la culture du dialogue social : Abstention de Force Ouvrière sur l’avis du Conseil économique, social et environnemental

Communiqué de FO



Force Ouvrière s’est abstenue sur le vote de cet avis, objet d’une saisine gouvernementale en plein débat sur le projet de loi travail.

Le fait d’avoir obtenu, d’une part, le rappel à l’exemplarité de l’État sur l’application à l’article L1 du Code du travail et, d’autre part, de revoir la rédaction de (...)