Colère chez Areva

FO Métaux par Métaux

Clarisse Josselin / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

A l’appel de FO et des autres organisations syndicales, les salariés d’Areva se sont massivement mobilisés ce 15 septembre.

Depuis le mois de mai et l’annonce par Areva de la suppression de 5 000 à 6 000 emplois dans le monde, dont 3 500 en France, les salariés ne décolèrent pas. Alors que des discussions avec la direction sont prévues les 21 et 22 septembre, ils ont participé ce 15 septembre à une journée d’action pour la défense de l’emploi et, plus largement, la sauvegarde des compétences dans une filière nucléaire française en pleine restructuration. Rassemblés notamment devant la tour Areva à La Défense, plusieurs milliers de salariés ont exprimé leur crainte et leur colère face à un gâchis industriel dont ils ne s’estiment pas responsables.

Soutenus par le secrétaire fédéral Eric Keller et le secrétaire général du syndicat des métallurgistes FO de la Région Parisienne Denis Bieber, qui étaient sur place, les métallos FO ont dénoncé la responsabilité de l’État dans ce dossier, ainsi que l’absence de stratégie industrielle et de véritables financements. Ils demandent notamment que l’ensemble des sites du groupe soient intégrés au plan de départs volontaires en cours de négociation et ont prévenu : dans les négociations, dans les ministères, sur les sites, dans les manifestations, ils défendront leurs emplois coûte que coûte.

 Voir en ligne  : FO Métaux

Métaux Secrétaire général

Sur le même sujet

Areva : l’emploi sévèrement touché

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Le groupe nucléaire Areva a annoncé le 7 mai la suppression prochaine de 5 000 à 6 000 emplois dans le monde, dont 3 000 à 4 000 en France. Après avoir enregistré une perte record de 4,8 milliards d’euros l’an dernier, la multinationale, forte de 44 000 salariés dans le monde dont 29 000 salariés en France, (...)

Le montant de la recapitalisation d’Areva sera connu en décembre

Filière nucléaire par Clarisse Josselin

L’intersyndicale d’Areva a été reçue le 1er octobre par le ministre de l’Economie. Le groupe nucléaire, contrôlé à 87% par l’État, a enregistré 4,8 milliards d’euros de pertes en 2014 et va supprimer 4 000 postes. Le 15 septembre dernier, 3 000 salariés avaient manifesté devant le siège d’Areva à la Défense (...)

Cédric Noyer, délégué syndical central chez Areva NC : « Le nucléaire doit rester dans le giron de l’Etat »

Au XXe congrès de la Fédéchimie FO par Evelyne Salamero

FO Hebdo : L’État devrait consacrer environ 3 milliards d’euros au redressement d’Areva. Pensez-vous que cela soit suffisant ?
Cédric Noyer - Areva NC : Le gouvernement doit annoncer le montant définitif de la recapitalisation en décembre. Ces chiffres, sont insuffisants au regard des besoins du (...)