Collège : au programme, moins de langues, de français, de physique, de techno…

Inégalités par Evelyne Salamero

Au collège, le nombre actuel d’heures d’enseignement pourrait être réduit. © Jean-Claude MOSCHETTI / REA

Le projet de réforme du collège privilégie les enseignements « interdisciplinaires », variables selon les établissements.

Le projet de réforme des collèges, dont les syndicats FO du secondaire et cinq autres organisations syndicales revendiquent le retrait, réduit le nombre d’heures consacrées à l’élève de la 6e à la 3e. Celui-ci passerait de 3 834 actuellement (27 heures par semaine en 6e sur 36 semaines, 25 heures en 5e, 28 en 4e et 28,5 en 3e) à seulement 3 672 heures, soit 162 de moins. Alors que le gouvernement met en avant l’introduction d’une deuxième langue vivante dès la 5e, l’enseignement des langues diminuerait en réalité d’une heure par semaine en 6e, 4e et 3e, (soit 108 heures de moins sur les quatre années).

5 000 établissements différents et concurrents

Le français, la technologie et la physique perdraient aussi une demi-heure par semaine en 3e. Le volume horaire des langues anciennes diminuerait également.

De plus, 20 % des heures d’enseignement seraient désormais dédiés à « l’accompagnement personnalisé » (3 heures par semaine en 6e) et aux « enseignements pratiques interdisciplinaires » (4 heures par semaine en 5e, 4e et 3e). Leur contenu et leur organisation seraient définis localement par chacun des 5 000 collèges du pays, qui deviendraient ainsi concurrents les uns des autres.

Evelyne Salamero Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Mobilisation réussie contre la réforme des collèges

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

L’heure était une nouvelle fois à la mobilisation ce 19 mai. Plus de 50% des enseignants des collèges ont répondu à l’appel à la grève de six de leurs organisations syndicales (sur huit), à commencer par FO (deuxième syndicat dans le secondaire), contre le projet de réforme du collège. Les personnels territoriaux étaient également dans l’action, à l’appel de FO et de quatre autres organisations syndicales, exigeant notamment l’abandon du projet de réforme territoriale (loi Notre) ainsi que le retrait du pacte de responsabilité et du plan de réduction des dépenses publiques.

Mardi 7 mars : grève et manifestation nationale à Paris

Mobilisation par Enseignement, Culture et Formation professionnelle

Fonctionnaires hospitaliers, territoriaux, de l’État, salariés de l’Action sociale, de la Sécurité sociale, de Pôle emploi… les revendications sont les mêmes : défense des statuts et des garanties collectives ; défense des services publics, et création des postes nécessaires ; augmentation des salaires, augmentation du point d’indice d’au moins 8% ; défense de la Sécurité Sociale, contre la privatisation et le déremboursement.