Congrès d’UD

Combattre la vie chère en Haute-Savoie

, Françoise Lambert

Recommander cette page

Environ 300 personnes ont participé au XXVIe congrès de l’Union départementale FO de Haute-Savoie, qui s’est tenu le 19 mai à Meythet, sous la présidence de Pascal Pavageau, secrétaire confédéral FO.

Stéphane Renaud a été réélu à l’unanimité au poste de Secrétaire général de l’Union départementale.

La lutte contre la vie chère, le combat contre la réforme territoriale et contre l’austérité ont été au centre des débats. Alors que les fonctionnaires territoriaux battaient le pavé contre la réforme territoriale et que les enseignants défilaient contre la réforme du collège le jour même du congrès, celui-ci leur a adressé tout son soutien et a rappelé sa détermination à combattre les politiques d’austérité.

Le département de la Haute-Savoie connaît une situation économique et sociale paradoxale : ce département, dont la population a doublé en trente ans avec 747 000 habitants aujourd’hui, est l’un des plus dynamiques de France. Il bénéficie de la croissance économique de la toute proche métropole suisse Genève, de l’attraction liée au tourisme et d’une activité importante dans l’industrie du décolletage (fabrication de pièces tournées, telles que vis et boulons, par enlèvement de matière). La région de Cluzes regroupe ainsi plus de 600 entreprises sur 30 km2. Mais, revers de la médaille, les logements et le coût de la vie sont très élevés. « La proximité de Genève, qui draine plus de 70 000 travailleurs frontaliers chaque jour, vient amplifier le phénomène, indique Stéphane Renaud. Conséquence, certains postes de fonctionnaires restent vacants, des offres de recrutement ne trouvent pas preneur et beaucoup de fonctionnaires repartent faute de ne pouvoir vivre décemment. Dans le secteur privé, il est difficile pour les salariés, les plus jeunes en particulier, de se loger. Le parc de logements sociaux est notoirement insuffisant. »

Un parc de logements sociaux insuffisant

Dans sa résolution générale adoptée à l’unanimité, le congrès estime qu’ « il est urgent de revendiquer de vrais emplois en CDI et à temps complet », ainsi que « la mise en place d’une prime de vie chère dans les délais les plus brefs ».

Le XXVIe congrès de l’Union départementale de Haute-Savoie était en outre placé sous le signe du développement syndical. Stéphane Renaud a salué « une commission exécutive rajeunie, féminisée et renouvelée à 40% ». Par ailleurs, en l’espace de deux ans, quinze nouveaux syndicats ont été créés, et 250 nouveaux adhérents ont été recensés. Pour poursuivre sur cette lancée, le congrès a décidé d’ouvrir une campagne de syndicalisation dans tous les secteurs professionnels.