Comment le télétravail dans la fonction publique va réorganiser l’immobilier ?

InFO militante par Chloé Bouvier, L’Info Militante

À  première vue, que la Direction de l’immobilier de l’État (DIE) publie un rapport sur L’immobilier public de demain n’a rien d’étrange. Mais qu’elle utilise ce thème pour évoquer l’organisation du travail dans la fonction publique, il y a de quoi tiquer. La DIE évoque ainsi une conviction forte : les mutations à l’œuvre vont permettre de sortir des organisations où le management est très hiérarchique, et de passer d’une logique organigramme à une logique de métiers, de besoins, de postures de travail, beaucoup plus adaptable et favorisant le bien-être des agents mais aussi l’efficacité.

Optimiser l’affectation des surfaces mobilisées 

Après la crise Covid et notamment le premier confinement,  il est clair que le télétravail dans la fonction publique va réorganiser l’immobilier, souligne Philippe Soubirous, secrétaire fédéral de la Fédération générale des Fonctionnaires (FGF-FO). S’il est important d’éviter les jugements à l’emporte-pièce en affirmant que le télétravail va servir d’excuse pour diminuer les espaces de bureaux, indique-t-il,  il est clair que cette nouvelle modalité du travail va réorganiser l’immobilier. Le rapport préconise par ailleurs d’optimiser l’affectation des surfaces mobilisées. Ce qui renvoie notamment au télétravail, actuellement proposé sur la base du volontariat, et qui pourrait devenir la norme dans le futur. Le problème est donc, analyse le militant : Est-ce que ça relèvera du choix ou de l’obligation ? Il y a un risque que cette modalité devienne irréversible, ce contre quoi se battent les organisations syndicales.

Sur le même sujet

Covid 19 : des mesures exceptionnelles en faveur des salariés

Coronavirus / Covid19 par Clarisse Josselin

Extension du chômage partiel, explosion du télétravail, report de la réforme du chômage... Pour faire face aux conséquences économiques de l’épidémie de Coronavirus, l’exécutif met en place une série de mesures afin de permettre aux salariés de conserver l’essentiel de leur rémunération et d’éviter les licenciements.