Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Loi Travail

Article publié dans le Dossier Loi Travail
Manifestation contre le projet de loi Travail du 23 juin 2016 à Paris. Photographie : F. Blanc / FO Hebdo - CC BY-NC 2.0

Communiqué CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL

Le mépris ça suffit ! Le gouvernement doit entendre !

La journée du 23 juin a démontré une nouvelle fois la grande détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es, à poursuivre la mobilisation pour obtenir le retrait du projet de loi Travail et des nouveaux droits.

De nombreuses actions multiformes ont eu lieu dans tout le pays, malgré toutes les tentatives du gouvernement pour discréditer le mouvement social, en agitant la peur et la remise en cause des libertés fondamentales à travers l’interdiction du droit à manifester à Paris.

Le climat social de notre pays se détériore, en témoigne les dégradations commises au siège de la CFDT hier soir. Les organisations syndicales et de jeunesses condamnent ces actes. Elles réaffirment leur attachement à la démocratie et au pluralisme d’expressions. Quelles que soient les positions des uns et des autres, les organisations syndicales représentent des salarié-es et à ce titre, elles doivent être respectées.

Le 23 juin a été également une journée importante de votation citoyenne.

C’est d’ores et déjà plusieurs centaines de milliers d’expressions des salarié-es, jeunes, privé-es d’emplois et retraité-es qui réaffirment très majoritairement leur opposition au projet de loi travail, particulièrement sur : l’inversion de la hiérarchie des normes, les accords de développement et de maintien de l’emploi, les conditions de licenciement, le référendum d’entreprise, la médecine du travail.

C’est lors d’une nouvelle journée d’actions, de grèves et de manifestations, le 28 juin, que seront remises ces votations auprès des préfectures dans les départements et auprès de la présidence de la République. Les organisations tiendront une conférence de presse le 28 juin au matin.

Le Président de la République persiste dans son refus d’entendre le mouvement syndical et les 70% de français-es opposé-es au projet de loi travail. Un tel mépris est inqualifiable.

Le gouvernement a la responsabilité pleine et entière de trouver une issue à cette crise.

Si le gouvernement reste sourd, elles appelleront à poursuivre la mobilisation durant le débat parlementaire, début juillet. Elles se retrouveront le 29 juin.

Les organisations apportent leur soutien à la journée de mobilisation contre la loi Peeters de ce jour en Belgique et leur ont adressé un message de solidarité.

Montreuil, le 24 juin 2016

Plus dans le Dossier Loi Travail
Tous les articles du dossier

Un avant-projet de loi dérégulateur qui vient de loin

Dossier Loi Travail par Mathieu Lapprand

Qu’ont en commun messieurs Combrexelle, Mettling, Badinter mais aussi Quinqueton ou Cesaro ? Ils ont chacun, ces derniers mois, remis un rapport au gouvernement traitant du droit du travail… et préparant le terrain à cet avant-projet de loi. Combrexelle et Badinter remettant en cause l’architecture (...)

Loi Travail, une impressionnante mobilisation dans tout le pays

Province par Evelyne Salamero

La vague enfle. La mobilisation pour le retrait de la loi El Khomri s’est étendue le 31 mars, beaucoup plus importante que le 9 mars, jusque dans les plus petites villes.
Ils étaient 150 000 à Marseille, 100 000 à Toulouse, 30 000 à Bordeaux, Nantes et Lyon, 25 000 à Grenoble, 17 000 à Lille... La (...)

Loi travail : Tout tremble, mais rien ne bouge !

Communiqué commun CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL

Les organisations syndicales en lutte contre la loi travail affirment avec force leur détermination à défendre l’intérêt de tous les salarié-es actuel-les et futur-es. Elles relèvent avec intérêt l’évolution de certaines organisations syndicales qui ne sont pas dans l’action mais qui expriment leur (...)

9 mars 2016 : première mobilisation réussie

Communiqué de FO

Les manifestations pour le retrait du projet de loi « travail » ont rassemblé sur l’ensemble du territoire 400 000 étudiants, lycéens et salariés, ce qui est un succès.
Il appartient maintenant au gouvernement de prendre conscience du rejet de son projet et d’en tirer les conséquences.
Pour ce qui la (...)