Communiqué de FO

Communiqué du Bureau Confédéral de FO du 12 novembre 2018

, Bureau confédéral de FO

Recommander cette page

Un article de presse, faisant la une d’un quotidien national, met en cause tant les rémunérations que les dites « notes de frais » du bureau confédéral et de salariés de la confédération.

L’article paru ce matin amalgame des éléments qui ne sont en rien constitutifs de la rémunération.

Afin de permettre à des camarades issus de conditions salariales très différentes et résidant en province, y compris dans les DOM – TOM durant la dernière mandature, la confédération prend en charge les frais liés à l’obligation d’une double résidence à Paris (loyer et frais de transports) lorsque la famille demeure en province.

Au titre des notes de frais liés à l’exercice de leurs mandats, la Confédération prend en charge les transports, hébergements, repas associés en particulier aux nombreux déplacements auxquels sont contraints les secrétaires confédéraux, contraintes qui peuvent différer sensiblement selon le secteur de responsabilité, allant de plusieurs déplacements réguliers hebdomadaires en province, y inclus DOM et TOM, à des déplacements à l’étranger, en Europe, Asie, Amérique, Afrique dans le cadre de missions liées aux engagements internationaux de la Confédération.

La Confédération s’étonne cependant que de telles informations, détaillées, bien qu’erronées ou, comme indiqué ci-dessus, prêtant à confusion, et manifestement contenant des données personnelles, soient ainsi publiquement à nouveau diffusées. Elle ne peut que s’interroger sur leur origine et l’intention. Les militants Force Ouvrière ne sont pas dupes de cette campagne de dénigrement et de calomnie diffamatoire contre la Confédération, comme ils n’étaient pas dupes des épisodes précédents.

La Confédération rappelle que la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale fait obligation aux confédérations de financer les structures branches professionnelles et les structures territoriales.

Par ailleurs la loi de 2008 portant rénovation de la démocratie sociale l’oblige à faire expertiser l’intégralité de ses comptes, à les faire certifier par les commissaires aux comptes et à les publier, obligations à laquelle la Confédération se conforme annuellement.

La Confédération rappelle également que, de toujours, ses comptes sont soumis à la Commission de contrôle confédérale et portés au vote de ses congrès. Le dernier congrès d’avril 2018 a adopté le rapport de trésorerie à la quasi-unanimité des délégués des syndicats.

A propos de cet article

Sur l’auteur

En complément

Newsletter - Communiqués

Abonnez-vous à la lettre d’information « Communiqués de Force Ouvrière »

Agenda

Tous les événements à venir

  • Mercredi 12 décembre de 12h00 à 12h30

    BFM Business
    Yves Veyrier sera l’invité d’Hedwige Chevrillon sur BFM Business.

Éphéméride

12 décembre 1943

Appel à la classe ouvrière de la CGT clandestine
La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez (...)

La Confédération Générale du Travail clandestine appelle la classe ouvrière à l’action immédiate pour défendre son existence et pour lutter contre le système d’oppression de l’occupant. « Vous avez encore à gagner la bataille pour vos salaires et des conditions de vie moins inhumaines. Pour cela , vous avez à entrer catégoriquement dans l’action. Les moyens d’obtenir satisfaction sont entre vos mains et dans votre volonté. Les grèves restent l’arme ultime à employer pour imposer votre dû. Revendiquer un salaire meilleur est un devoir national. C’est sauvegarder les familles françaises ». En terminant, la CGT invite les travailleurs aux combats contre la déportation arbitraire et à s’unir dans les syndicats pour leur libération.