Consommation

Comptes bancaires inactifs et contrats d’assurance vie en déshérence

, AFOC

Recommander cette page

Lorsqu’un compte est considéré comme inactif, la loi no 2014-617 du 13 juin 2014 relative aux comptes bancaires inactifs et aux contrats d’assurance vie en déshérence instaure un dispositif d’information annuelle du client.

Elle précise que les établissements informent le titulaire du compte, son représentant légal, la personne habilitée par lui ou, le cas échéant, ses ayants-droit connus de l’établissement, des conséquences qui sont attachées à cette inactivité. Ces établissements ont l’obligation de publier annuellement un rapport indiquant le nombre et l’encours des comptes inactifs ainsi que les recherches effectuées pour identifier les bénéficiaires.

Les banques, à l’instar des organismes d’assurance et des mutuelles en matière de contrats d’assurance vie en déshérence, sont tenues de consulter annuellement le répertoire national d’identification des personnes physiques.

Au bout de dix ans d’inactivité, les avoirs détenus sur les comptes inactifs sont versés à la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) qui devient le guichet unique en la matière puis au budget de l’État vingt ans plus tard, soit trente ans après la dernière opération, si les sommes déposées n’ont pas été réclamées par leurs titulaires ou par leurs ayants-droit. Dans le cas d’un compte bancaire inactif pour cause de décès du titulaire du compte, les dépôts et avoirs seront versés à la CDC trois ans après la date du décès et conservés vingt-sept-ans avant d’être versés au budget de l’État, si les ayants-droit n’ont pas réclamé les sommes déposées. Une action auprès de la CDC est ensuite possible. En effet, cet établissement organise la publicité appropriée par l’intermédiaire d’un dispositif dédié sur internet (https://ciclade.caissedesdepots.fr/) afin de permettre aux titulaires de compte ou à leurs ayants-droit de percevoir les sommes qui ont été ainsi déposées et qui leur sont dues.

A ce jour, 4,6 Md€ ont été transférés à la CDC dans le cadre du dispositif Ciclade, provenant du transfert de 7,5 millions de comptes et contrats pour les exercices 2016 et 2017. Au cours de la seule année 2017, le dispositif Ciclade a permis le transfert d’un total d’un million de comptes bancaires et de contrats d’assurance à la CDC de la part des établissements financiers représentant une somme totale de 929 M€. Au cours de cette même année, la CDC a procédé à la restitution de 42,2 M€ correspondant à 37 000 dossiers. En effet, le portail internet a connu un important succès, permettant de porter à la connaissance du public les modalités de transfert et de restitution des comptes inactifs. Un total de 1,25 million de recherches ont été initiées sur le site de Ciclade, selon les données fournies par la CDC au 31 décembre 2017. Sur ce total, environ 200 000 demandes d’information ont été enregistrées par la CDC en 2017, formulées via le site, par téléphone, par courrier ou par courrier électronique, donnant lieu au dépôt de 89 000 dossiers de demande. Une majorité de ces demandes a déjà fait l’objet d’un traitement par les services de la CDC, donnant lieu à une décision de restitution ou de rejet. Le reliquat des demandes est en cours de traitement. Le délai de traitement moyen d’un dossier sur la période courant de janvier 2017 à février 2018 s’élève à 5,4 mois.

A ce jour, un total de 7,25 millions de comptes et contrats n’ont pas été réclamés par leurs titulaires ou ayants droit.

Voir en ligne : AFOC - Site internet

A propos de cet article

Sur l’auteur

AFOC

Association Force Ouvrière Consommateurs - AFOC
141 Avenue du Maine - 75014 Paris
Tél : 01 40 52 85 85
Mél : afoc@afoc.net

Site internet : http://afoc.net/

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Bienvenue Dans Le Monde Du Travail - Episode 20

Comment FO agit pour le logement

Agenda

Tous les événements à venir

  • Du 18 décembre à 08h10 au 19 décembre à 22h20

    AFOC - Consomag
    Emission télévisée de l’Institut National de la Consommation, réalisée en partenariat avec l’AFOC : (...)