Comptes de la Sécu et PLFSS 2019 : le grand saut vers la déprotection sociale

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Ces dernières années, Force Ouvrière dénonçait une présentation des comptes trompeuse, laissant croire à des déficits, de fait purement artificiels, et laissant présager sa non-soutenabilité financière. Cette présentation des comptes nous donne raison pour nos analyses passées : les comptes sont au vert, et même l’État de prévoir des excédents pouvant dépasser la dizaine de milliards d’euros d’ici à peine 3 ans !

Victoire, la Sécu est sauvée ? Loin de là… Force Ouvrière dénonçait chaque année un danger grandissant résultant de décisions politiques : un transfert financier de la Sécurité sociale envers les caisses de l’État et les marges des entreprises. Vendue comme une politique en faveur du pouvoir d’achat des actifs, l’État donne ce qu’il a pris par ailleurs : le salaire différé. En outre, il renoue avec une bien mauvaise pratique, la non-compensation à la Sécurité sociale des pertes de recettes induites par les exonérations de cotisations patronales. Et revoilà que la Sécu paie les entreprises, pourtant déjà championnes du monde de distribution de dividendes ! La politique « sociale » du gouvernement révèle la justice sociale du « nouveau monde » : la solidarité des travailleurs envers les entreprises, la solidarité des plus faibles envers les plus forts !

Désormais, et après avoir attaqué sa gouvernance paritaire, l’État affaiblit financièrement la Sécurité Sociale, obérant alors sa capacité à être un amortisseur de crise qui, à n’en pas douter, surviendra inéluctablement. Un Ondam à 2,5% – chiffre à rapprocher d’une inflation à 2,3% ! – signifie un relâchement budgétaire de 400 millions d’euros, soit une goutte d’eau dans l’océan des missions supplémentaires imposées.

Force Ouvrière le répète : il est possible à la fois d’améliorer les droits et de diminuer les cotisations en garantissant la pérennité financière de la Sécurité sociale. Comment ? En luttant contre le travail dissimulé et l’évasion fiscale, et en substituant à l’actionnariat salarié – très avantageux pour ne pas cotiser – une augmentation générale des salaires.

Serge Legagnoa Secrétaire confédéral au Secteur de la Protection Sociale Collective

Les derniers communiqués Tous les communiqués

Déconfinement phase 2 – réaction FO

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La confédération FO constate que la phase 2 du déconfinement, telle que présentée par le Premier ministre, du fait du ralentissement - évidemment attendu par tout un chacun - de l’épidémie de Covid-19, conduit à une accélération de reprise d’activité dès le 2 juin dans nombre de secteurs.

Chiffres du chômage : vers une crise sociale sans précédent

Communiqué de FO par Michel Beaugas

La Dares et Pôle emploi ont publié ce jour, des indicateurs du marché du travail spécifiques à la crise sanitaire pour le mois d’avril 2020. Malgré le recours systématique à l’activité partielle et la mise en place du « travail à domicile » ou « télétravail » dans des conditions souvent aléatoires, les (...)

Transfert de la dette sociale et dépendance : réaction FO

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Le Gouvernement vient de saisir les caisses nationales de la Sécurité sociale pour avis sur un projet de loi organique et un ordinaire, relatif au transfert de l’essentiel de la « dette Covid » à la caisse de la dette sociale (la CADES), pour un montant prévu de 136 milliards d’euros, et un report de l’extinction de la dette sociale à 2033 alors qu’elle devait s’éteindre en 2024.