Comptes de la Sécu : un trop violent effort demandé en 2015

Événement par Clarisse Josselin

Les hôpitaux publics (ici à Annecy) vont devoir supporter 900 millions d’euros d’économies. © Jérôme CHATIN / EXPANSION-REA

Le retour à l’équilibre des comptes de la Sécurité sociale est repoussé à 2019 au lieu de 2017, au mieux. Ce plan prévoit de réduire le déficit cumulé du régime général et du fonds de solidarité vieillesse de 15,4 milliards d’euros, attendus cette année, à 13,4 milliards d’euros l’an prochain. FO a émis un avis défavorable au sein des instances de l’Assurance maladie et des allocations familiales.

Décryptage : FO s’oppose au détournement des crédits pour l’autonomie
La Contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (Casa), qui est, depuis le 1er avril 2013, prélevée à hauteur de 0,3 % sur les pensions de retraite, de préretraite et d’invalidité, sert quasi intégralement à financer le minimum vieillesse et les cotisations retraite des chômeurs. L’UCR FO participe à la mobilisation d’associations et de professionnels du grand âge exigeant le fléchage de ces sommes pour la prise en charge effective de la perte d’autonomie.

Les mesures mises en place, qui entreront en vigueur au 1er janvier, touchent principalement les hôpitaux, les médicaments et les familles. Elles pourront être modifiées au cours du débat parlementaire qui démarrera le 14 octobre. Les députés socialistes pourraient notamment déposer un amendement pour moduler les allocations familiales en fonction des revenus.

Pour l’Assurance maladie, le gouvernement veut économiser 10 milliards d’euros en trois ans, dont 3,2 milliards dès 2015, un objectif irréalisable selon FO. La hausse des dépenses, l’Ondam, sera plafonnée à 2,1 %, pour une progression naturelle de 3,9 %. Dans le détail, l’optimisation des dépenses hospitalières rapportera 520 millions d’euros et le développement de l’hospitalisation en ambulatoire, 370 millions. La pertinence des prescriptions et des actes sera aussi passée au peigne fin.

Un milliard d’euros sera économisé sur les médicaments avec le développement des génériques et la baisse de certains prix. Le gouvernement table sur 75 millions d’euros issus de la lutte contre la fraude. La prévention sera renforcée, notamment par le développement de la vaccination.

700 millions d’euros économisés sur les familles

Pour la branche famille, 700 millions d’euros doivent être supprimés, mais selon une ventilation qui reste floue. À partir du deuxième enfant, la prime à la naissance sera divisée par trois. Les aides à la garde d’enfant vont diminuer pour les familles les plus aisées. Le gouvernement envisage aussi de faire des économies en réduisant la durée effective du congé parental par le transfert d’une partie du droit à congé des mères vers les pères, en sachant pertinemment que ceux-ci seront peu nombreux à l’utiliser. Enfin, la majoration pour âge des prestations familiales sera décalée de 14 à 16 ans.

Par ailleurs, le gouvernement veut récupérer 500 millions d’euros sur la gestion des organismes de protection sociale. Il économisera 16 millions d’euros sur le capital décès avec la mise en place d’un forfait basé sur le Smic. Et il attend des économies liées à la dernière réforme des retraites.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Généralisation du tiers payant : mode d’emploi

Juridique par Françoise Lambert

Le tiers payant permet au patient de ne pas faire l’avance de ses frais médicaux. Très répandu dans les pharmacies, il sera progressivement étendu, d’ici à 2017, aux médecins généralistes et spécialistes. C’est la loi Santé, adoptée en décembre 2015, qui le prévoit.
Les personnes disposant de faibles (...)

Vers un bulletin de paie plus lisible ?

Emploi et Salaires par Françoise Lambert

Le gouvernement a dévoilé le 27 juillet son intention de généraliser un nouveau bulletin de paie simplifié d’ici à 2017, après une concertation avec les partenaires sociaux à la rentrée.

Santé : L’accès aux soins dentaires en question

Protection Sociale par Françoise Lambert

Près d’une personne sur cinq déclare avoir renoncé à des soins dentaires pour les raisons financières. La Cour des comptes a tiré la sonnette d’alarme fin septembre. C’était juste avant le début de la négociation entre l’Assurance maladie et les chirurgiens-dentistes sur une nouvelle convention médicale.