Conférence Environnementale : Juste une abstraction de la réalité

Emploi et Salaires par Énergie et Mines

Communiqué de Fédération Nationale de l’Énergie et des Mines

Lors de la conférence environnementale qui s’est déroulée à Paris les 25 et 26 avril, le chef de l’État a annoncé la mise en place dès 2017 d’un prix plancher du CO2, au moyen d’une taxe carbone payable par les producteurs d’électricité.

Pour le Président de la République, cette taxe carbone s’inscrit dans les efforts pour lutter contre le réchauffement climatique : « L’objectif est de réduire, voire supprimer le recours au charbon dans les centrales thermiques ». Le coût de revient de l’électricité produite à partir du charbon passerait ainsi de 35 € du MWh à 60 € du MWh en moyenne. UNIPER (filiale d’ÉON en France) a annoncé que « cette taxe rendra économiquement impossible le maintien en exploitation des deux unités au charbon de Provence 5 (à Gardanne en Provence) et CEH 6 (à Saint-Avold en Moselle). »

Cette décision unilatérale de la France, effective dès 2017, fonde l’espoir que « ce dispositif entrainera d’autres pays » : rien n’est en mesure de justifier une telle assertion. En sacrifiant des centaines d’emplois sur l’autel d’un écologisme anti-écologique, on favorisera en fait l’importation d’électricité produite en Allemagne, à partir de centrales au charbon, sans garanties de sécurité d’approvisionnement en période de pointe de consommation d’électricité sur notre territoire.

La conséquence réelle de cette décision se traduira par des centaines de suppressions d’emplois directs et indirects qui seront autant de licenciements dans les bassins houillers : le groupe UNIPER a annoncé qu’il mettrait en oeuvre un plan social qui devrait inclure des licenciements, puisque les possibilités de mesures d’âge ont été épuisées par les plans de départ de volontaires précédents. FO Énergie et Mines demande au gouvernement des mesures ne remettant pas en cause l’activité industrielle locale sur les sites actuels de production. Les instances confédérales ont été informées sur la gravité des conséquences de cette annonce.

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Energie : la transition passe à côté

Communiqué de Force Ouvrière par Pascal Pavageau

Trois ans après l’ouverture du débat sur la transition énergétique et trois ministres plus tard, l’Assemblée Nationale adopte finalement une loi basée sur le tryptique : rigueur budgétaire, impératifs dogmatiques et injustices sociales.
Les quelques mesures positives retenues, sur la rénovation des (...)

Démantèlement d’EDF SA

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

Le 21 janvier 2016 se tiendra un Comité Central d’Entreprise d’EDF SA avec à son ordre du jour :
– Les Orientations Stratégiques d’Entreprise et leurs conséquences à 3 ans.
– Les réponses de la Direction au Droit d’Alerte Économique engagé unanimement lors du CCE du 10 décembre 2015.
Ce 21 janvier 2016, (...)

Ascometal : FO revendique un plan stratégique industriel

Emploi par Evelyne Salamero

Rebelote. Comme il y a trois ans, en 2014, Ascometal a de nouveau déposé son bilan. L’État a promis de trouver un repreneur. Cela ne sera jamais que le quatrième depuis 2001. FO Métaux revendique que soit enfin élaboré un « plan stratégique industriel adapté et réaliste ».