Conseil supérieur de la fonction publique de l’État (CSFPE) du 18 juin : boycott de FO

Communiqué de la Fédération générale des Fonctionnaires FO par Fonctionnaires

Dans la droite ligne de la commission statutaire préparatoire du juin dernier, Force Ouvrière, première organisation syndicale de la Fonction publique de l’État, la CGT et Solidaires ne participeront pas à ce Conseil supérieur de la Fonction publique de l’État.

Les deux textes présentés n’ont jamais été concertés et anticipent la réforme territoriale que les trois organisations syndicales précitées combattent et rejettent.

Dans la mesure où les autres organisations syndicales siégeront, le CSFPE pourra se tenir.

Pour autant, la FGF-FO ne saurait cautionner par sa simple présence un dialogue social indigne des enjeux.

A chacun ses choix, mais pour la FGF-FO, ceux-ci sont très clairs :

 opposition à la réforme territoriale ;

 rejet des fusions de services, des mutualisations, de la mobilité forcée

La FGF-FO revendique le maintien de toutes les structures de l’État.

La FGF-FO défend une organisation ministérielle et une présence des services publics plus près des citoyens.

La FGF-FO exige le maintien du Statut général et des statuts particuliers.

 Voir en ligne  : Fédération générale des Fonctionnaires FO

Fonctionnaires Secrétaire général

Sur le même sujet

Réforme Territoriale : pour la FGF-FO, c’est non !

Communiqué de la Fédération générale des Fonctionnaires FO par Fonctionnaires

Au lendemain du Conseil des Ministres du 6 mai 2015 qui vient d’annoncer la future publication du décret portant charte de déconcentration qu’aucune organisation syndicale n’a soutenue lors du dernier Conseil Supérieur de la Fonction publique de l’État, la FGF-FO confirme sa totale opposition à la (...)

Réforme de la fonction publique : danger pour le statut, les missions de services publics et le dialogue social !

Communiqué de FO par Nathalie Homand

Le secrétaire d’État à la fonction publique persiste et signe en confirmant le 13 février devant une salle quasiment vide la déclinaison des quatre chantiers d’un projet de loi qui n’a pas tenu compte des avis formulés par les fédérations de fonctionnaires dont Force Ouvrière qui demandaient la suspension de cette réforme.