Contrat de travail et plateforme numérique : un arrêt décisif de la Cour de cassation

Emploi et Salaires par Union des Cadres et Ingénieurs

© Sébastien ORTOLA/REA

La Cour de cassation a très justement rappelé hier, par un arrêt de la Chambre social, les éléments du lien de subordination qu’elle applique au contrat liant un livreur à une plate-forme numérique.

La Cour de cassation a très justement rappelé hier, par un arrêt de la Chambre social, les éléments du lien de subordination qu’elle applique au contrat liant un livreur à une plate-forme numérique.

Dans cette affaire, la cour d’appel avait identifié le pouvoir de sanction de l’employeur mais avait écarté la qualification de contrat de travail en notant que l’activité du coursier n’était pas programmée, qu’il restait libre de l’organiser et qu’il n’était lié à la plate-forme numérique par aucun lien d’exclusivité ou de non-concurrence.

La Cour de cassation a infirmé cet arrêt. Au contraire, elle explique que les juges ont bien noté que la plateforme ne se contentait pas de mettre en relation le restaurateur, le client et le coursier puisqu’elle intégrait un système de géolocalisation pour optimiser les trajets et que le coursier était soumis au pouvoir de sanction de la société. Le lien de subordination était dès lors caractérisé et les juges du fond auraient dû requalifier la relation en contrat de travail.

FO-Cadres félicite la Cour de cassation de cette décision par laquelle elle statue pour la première fois sur la qualification du contrat liant un livreur à une plate-forme numérique. En identifiant le lien de subordination auquel est soumis le coursier, elle retient l’existence d’un contrat de travail et porte un coup à un usage détourné de l’auto-entreprenariat pour contourner le salariat.

FO-Cadres condamne vivement cette pratique dont le seul but est de ne pas être encadré par le Code du travail dont les dispositions protectrices assurent la santé et la sécurité des travailleurs. Cet arrêt remet du collectif là où prévaut l’individuel, en empêchant d’écarter la loi du travail au profit d’une relation aux dispositions floues.

Union des Cadres et Ingénieurs Secrétaire général

Sur le même sujet

Uber rattrapée par le droit du travail

Communiqué de FO par Béatrice Clicq

L’effet produit par la récente décision de la Cour de Cassation dans l’affaire Take Eat Easy n’a pas tardé à se faire ressentir. Uber, l’entreprise la plus emblématique du rapport des plateformes au droit du travail vient d’être touchée par une décision de la Cour d’Appel de Paris qui requalifie le lien entre Uber et l’un de ses anciens chauffeurs en contrat de travail.

La rupture conventionnelle, un édifice en pleine construction !

Rupture du contrat par Secteur juridique

La Cour de cassation, par deux arrêts récents, apporte une nouvelle pierre à l’édifice de la rupture conventionnelle.
Dans le premier arrêt (Cass. soc., 25-3-15, n°14-10149), une rupture conventionnelle avait été signée durant la période de protection des quatre semaines suivant la fin du congé (...)