Contre la suppression de 1 900 postes par Conforama : Force Ouvrière appelle à la grève illimitée !

Mobilisation par Employés et Cadres

Communiqué de la FEC - Section fédérale du Commerce & VRP

Après nous avoir fait croire que son plan de « restructuration » allait être appliqué seulement au premier trimestre 2020 et qu’il ne concernerait qu’une dizaine de magasins, la direction de Conforama a annoncé hier son véritable projet : fermeture de 32 magasins et des « Maison Dépôt », suppression au total de 1 900 emplois, soit plus de 20% de l’effectif (1 050 dans les magasins fermés, 600 dans les 164 magasins restants, 100 chez Maison Dépôt, 26 au SAV, 124 au Siège social).

FO Conforama mobilisée à Laon.

Il serait inadmissible, impensable, révoltant, que les salariés qui ont tout donné à leur entreprise fassent les frais des malversations financières de l’actionnaire Steinhoff International, dont l’objectif très clair est de « dégraisser » pour mieux nous vendre.

FO Conforama mobilisée à Leers.

Nous connaissons maintenant la liste des 32 magasins sacrifiés à l’autel du profit : Antibes – Avallon – Calais – Chalon – Château‐Thierry – Châtellerault – Chelles – Cosnes – Dreux – Etoile – Fleury‐Merogis – Gondreville – Grenoble – La Chapelle des Fougeretz – La Tour du Pin – Laon – Leers – Louvroil – Millau – Montauban – Morsbach – Orange – Pamiers – Pont‐Neuf – Sormiou – Saint‐Dié – Saint‐Genis – Saint‐Memmie – Saint‐Ouen – Velizy – Vendenheim – Vitry.

FO Conforama mobilisée à Béthune.

Force Ouvrière appelle tous les salariés de tous les établissements de Conforama France à exprimer leur indignation en se mettant en grève illimitée.

Ce mouvement n’est que la première étape d’une lutte que nous mènerons jusqu’au bout.

FO Conforama mobilisée à Englos.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

Conforama : Les salariés du dépôt de Béthune en grève !

Fédération FEC-FO par Employés et Cadres

Malheureusement, pour les salariés de Conforama, le seul moyen de se faire entendre de la direction est la grève. Négociations annuelles aux résultats pitoyables, manque cruel de personnel suite aux suppressions massives d’emploi, recours abusif à la polyvalence, absence totale de reconnaissance envers des salariés qui donnent tout à leur entreprise pour des salaires de misère…