Coronavirus : les salariés ne doivent pas payer la note !

Communiqué de la FEC par Employés et Cadres

Romain GAILLARD/REA

Depuis les annonces du président de la République hier soir, les salariés des secteurs professionnels de la FEC vont voir leurs conditions de travail complètement modifiées.
Pour la FEC FO, toutes les mesures imposées ou à négocier devront l’être, certes, en prenant en compte la gravité et l’urgence sanitaire de la situation de l’épidémie dans notre pays, mais surtout dans le respect des intérêts des salariés.

Il est, certes, urgent et important d’aménager les conditions de travail et d’emploi, mais la précipitation ne doit pas remettre en cause les conditions de travail ni les contrats de travail des salariés.

La FEC FO est donc favorable à des mesures financières rapides de soutien ainsi que de préservation des emplois et des salaires, mais pas n’importe comment !

Car aujourd’hui, on parle déjà de milliards d’euros d’aides rapides aux entreprises, si c’est une nécessité cela ne doit pas être, comme pour les CICE, des milliards sous forme de chèques en blanc qui iront aux patrons et actionnaires au lieu de préserver les emplois et maintenir les salaires.

D’autant plus qu’il ne faudrait pas avoir la mémoire courte : 2019 a été pour bon nombre d’entreprises une année record en terme de résultats (près de 100 milliards d’euros de bénéfices pour le CAC 40 en 2019).

Les militants de la Fédération des Employés et Cadres seront donc très vigilants aux mesures qui seront prises afin qu’elles bénéficient aux salariés et non qu’elles viennent plus encore les précariser.

Il en est de même pour le télétravail. Cela ne doit pas être une aubaine pour imposer le télétravail à des salariés qui ne le souhaitent pas ou d’imposer des conditions d’exercices du télétravail sans encadrement par un accord d’entreprise et sans aucune règle.

Idem pour le chômage partiel : s’il est nécessaire et inévitable, cela doit être encadré et suivi par les organisations syndicales.

La Fédération des Employés et Cadres exige que les organisations syndicales soient consultées sur l’ensemble des sujets impactant les entreprises.

L’urgence sanitaire et la nécessité d’agir ne doivent pas devenir l’opportunité de remettre en question les droits des salariés dans l’ensemble des entreprises !

Idem encore pour le financement de l’ensemble des mesures annoncées : il est important que les organisations syndicales et patronales soient associées aux discussions.

La FEC FO s’inscrira donc dans l’application de mesures d’urgence de préservation de la santé des salariés pour combattre cette pandémie.

Des mesures d’aides vont être nécessaires pour maintenir les salaires et l’emploi, mais nous refusons que des milliards soient dilapidés sans être certains qu’ils bénéficieront aux salariés et non aux actionnaires !

Employés et Cadres Secrétaire Général