Coup de froid sur la croissance économique mondiale

Revue de presse par Christophe Chiclet

Le Fonds monétaire international (FMI) vient d’annoncer un ralentissement conséquent de la croissance économique sur l’ensemble de la planète. Il y a fort à parier que ce sont encore les travailleurs qui vont payer les pots cassés. Aperçu dans la presse.

Les Échos
Mois après mois, la croissance se grippe. De nouveau, le Fonds monétaire international (FMI) a revu, mardi [15 octobre], ses prévisions à la baisse. En 2019, la croissance mondiale devrait s’établir à 3%, soit deux dixièmes de point de moins qu’attendu en juillet dernier. Lors de sa conférence de presse, Gita Gopinah, l’économiste en chef du Fonds, a souligné que l’économie mondiale est entrée dans une phase de ralentissement synchronisé. Le quotidien économique de préciser : En cause, l’apparition de barrières commerciales et la montée des tensions géopolitiques. Le relèvement des droits de douane et l’absence de visibilité sur la politique commerciale internationale ont pesé sur l’investissement et la demande de biens d’équipement, souligne le Fonds.

La Tribune
Les nouvelles tribulations du maître de la Maison blanche n’arrangent pas les choses. Le Fonds monétaire international (FMI) a revu à la baisse mardi ses prévisions de croissance pour la Chine, avertissant des conséquences néfastes de la guerre commerciale sino-américaine sur l’économie. La seconde économie mondiale devrait voir son PIB progresser de 6,1% cette année et de 5,8% l’an prochain.

Sud-Ouest
Le grand quotidien girondin pointe aussi du doigt l’Allemagne. En Allemagne, le secteur automobile, pilier de l’industrie, fait de plus en plus figure de talon d’Achille. Particulièrement vulnérable aux conflits commerciaux, il apparaît également mal préparé pour la révolution électrique.

Le Monde
Et comme toujours c’est le secteur industriel, donc les ouvriers qui sont les premiers touchés. Trou d’air du commerce, inquiétude du commerce. La décélération de la croissance mondiale s’est traduite par un ralentissement de la production industrielle, dont l’indice a été divisé par deux depuis le début de l’année 2018.

Le Figaro
Quels remèdes. Comment redresser la barre ? Une fois de plus, le FMI en appelle à un coup de pouce – une relance par la dépense - de la part des pays aux finances saines, comme l’Allemagne ou les Pays-Bas, explicitement désignés. Et si le moteur économique mondial devait avoir des ratés, une réponse budgétaire internationale coordonnée, serait nécessaire, suggère Gita Gopinah. Le FMI comprendrait-il que la politique d’austérité est dramatique et suicidaire ? On peut en douter !

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Grèce : ils ont osé dire non

Référendum par Evelyne Salamero

« Est-ce que la proposition soumise par la Commission européenne, la Banque centrale européenne et le FMI lors de l’Eurogroupe du 25 juin doit être acceptée ? » Les Grecs ont répondu « non » à 61,31 %.

Le chiffre de la semaine : 1,3%

Economie

C’est la dernière estimation faite par le FMI de la croissance en France pour 2016. Le Fonds monétaire international révise ainsi à la baisse (0,2 point) sa prévision faite en octobre. Le gouvernement compte lui sur une croissance de 1,5%. C’est sur ce taux qu’est construite la loi de finances (...)

PLF 2015 : à tombeau ouvert vers l’austérité

InFOéco n°94 du 14 novembre 2014 par Pascal Pavageau

Avec un ralentissement de la croissance et de l’inflation qui n’avait pas été anticipé (ou volontairement ignoré), dans un contexte de croissance européen lui aussi déprimé – l’Allemagne chute et l’Italie est de nouveau en récession dans des proportions inattendues –, pour la première fois depuis 2010, le déficit public est reparti à la hausse malgré l’augmentation spectaculaire de la pression fiscale des ménages en 2013.