Pollution - FO Hebdo

Coupes franches dans les crédits des associations de mesure de la pollution

, Mathieu Lapprand

Recommander cette page

Nuage de particules fines lors d’un pic de pollution à Paris. © Patrick ALLARD /REA

Alors que se succèdent les épisodes de pollution de l’air, le ministère de l’Écologie a décidé de « casser le thermomètre », selon les termes de la FEETS FO, en réduisant ses subventions aux associations chargées de surveiller la qualité de l’air.

Alors que la France recevra à la fin de 2015 la 21e Conférence climat, le gouvernement diminue le financement des 27 associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA). AirParif, l’association francilienne, sera la plus touchée avec un financement réduit de 15 %, soit 240 000 euros de moins en 2015. Les autres associations subissent des baisses moindres : de 1,5 % à 2 %. Elles ont été utilisées pour justifier l’absence de revalorisation salariale des agents cette année.

Casser le thermomètre

Les missions de ces AASQA sont pourtant cruciales : mesurer au quotidien le niveau des nombreux polluants présents dans l’air, réaliser des prévisions et informer les autorités comme le public en cas de dépassement des seuils réglementaires.

Mais l’inquiétude des associations se double de craintes sur l’organisation du travail des agents : la fusion des régions pourrait entraîner des fusions d’associations et donc modifier l’organisation de leur travail. La Direction générale de l’énergie et du climat, administration centrale du ministère de l’Écologie, propose une solution originale au manque de financement : les AASQA pourront « à titre exceptionnel » financer leur fonctionnement avec les dotations prévues pour… les investissements. Assurément une vision d’avenir.