Coupures d’électricité. Peur sur la ville …

Fédération FO Energie par Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie

Les médias se font le relais d’une nouvelle propagande gouvernementale portant sur d’éventuelles coupures d’électricité pouvant avoir lieu cet hiver. Les discours anxiogènes se multiplient. FO Énergie s’interroge sur les propos colportés et sur leurs objectifs.

Avant tout et pour éviter toute ambiguïté, FO Énergie estime qu’il faut répondre d’une part, aux besoins de la révolution énergétique pour des raisons environnementales de manière pragmatique et d’autre part, permettre à la France d’assurer son intégrité, son indépendance, et garantir à tous les Français le pacte républicain sur la question de l’énergie.

Communiqué Décembre 2022

Nous nous interrogeons pourtant sur l’annonce en octobre de la mise en œuvre du plan de sobriété énergétique avec pour objectif, une diminution de la consommation d’énergie de 10 % d’ici 2024 et l’instrumentalisation médiatique du rapport de RTE concernant les scénarios pour l’hiver 2022/2023...

Car sur le site internet de RTE, celui-ci indique que pour l’hiver 2022/2023 les situations extrêmes (qui cumuleraient tous les aléas défavorables) ne sont pas les plus probables.

Une légère dissonance avec ce que le grand public peut lire ou entendre ces dernières semaines... Une nouvelle parade lamentable et infantilisante pour tenter de faire oublier au grand public la responsabilité des gouvernements successifs de ces 40 dernières années !

La fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, de la centrale à charbon du Havre, celle de Saint-Avold réouverte en urgence, ou encore la Loi Énergie Climat de novembre 2019 qui, voulue par le Président lui-même dans le sillage d’une « convention citoyenne », prévoit la fermeture de 12 centrales nucléaires.

La situation actuelle du secteur énergétique français est la conséquence d’une volonté portée par la Commission Européenne de faire du secteur de l’Énergie et particulièrement de l’Électricité « un business comme les autres ». Ce dogme a justifié une série de décisions qui conduisent aujourd’hui à la perte de l’indépendance énergétique de la France et une fragilisation de la sécurité d’approvisionnement en électricité et en gaz. C’est toujours ce même dogme qui entraîne l’explosion des tarifs de l’énergie à laquelle sont confrontés les industriels, les professionnels et les particuliers.

FO Énergie s’interroge donc sur la concomitance des scénarios de la peur colportés par le gouvernement et les propos du nouveau directeur général de l’Agence des Participations de l’État qui a déclaré fin octobre que la nouvelle forme que prendra EDF dépendra des discussions européennes sur la réforme du marché de l’électricité.

Pour FO ce remue-ménage politico-médiatique pourrait être un pas de plus vers une gouvernance par la peur et l’obscurantisme avec des objectifs masqués tels celui de poursuivre les projets de dépeçage de l’outil Républicain que représente le service Public de l’Electricité porté par EDF.

Pour FO il est temps de remettre l’intérêt de la Nation, de son économie, de son tissu industriel, du commerçant, et du Citoyen au centre du débat. C’est le sens du projet que nous proposons de doter la France d’un Pôle Public Nationalisé de l’Énergie Décarbonée.

Énergie et Mines Secrétaire général

Sur le même sujet

Mise en oeuvre par EDF et Areva des décisions du Président de la République : Réactions de FO Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

EDF et Areva ont communiqué ce jour, sur la mise en oeuvre des décisions du Président de la République prises le 3 juin dernier sur « la refondation de la filière nucléaire ». Pour FO, celle-ci mérite mieux qu’une logique principalement financière.
Sans surprise, ce texte, négocié sous la pression (...)

EDF Hinkley Point : action en justice

Nucléaire par Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines
L’intersyndicale CGT, CGE-CGE, FO soutient l’action en justice des administrateurs d’EDF représentant les salariés pour le droit à l’information et l’absence de tout conflit d’intérêts lors du vote des administrateurs sur la délibération engageant le projet Hinkley Point. (...)