COVID-19 : nous ne mettrons pas en quarantaine nos revendications !

Toute l’actualité par Services publics et de Santé

© Gilles ROLLE/REA

Communiqué de la Fédération des Personnels des Services Publics et des Services de Santé Force Ouvrière

La crise sanitaire due au COVID-19 ont contraint le Président de la République et son gouvernement à prendre des mesures sans précédents pour essayer d’endiguer cette pandémie. L’Union Nationale des Syndicats FO de la Santé Privée apporte tout son soutien à l’ensemble des personnels de santé, qu’ils soient issus du secteur public ou du secteur privé, qui œuvrent pour endiguer cette menace sans précédent.

Ils font front malgré la volonté des gouvernements successifs de casser leur outil de travail au profit des marchés financiers. Ils sont là malgré les multiples agressions dont ils sont victimes au quotidien. Ils assurent et répondent présent malgré le blocage de leur salaire, la casse de leur retraite, la dégradation de leur condition de travail.

Emmanuel Macron a annoncé qu’il débloquera 300 Milliards pour sauver l’économie, mais aucune annonce pour sauver les hôpitaux ou les Ehpad. Zéro euros pour les personnels de santé !

Encore une fois le président ne répond que partiellement. Une lutte efficace contre la pandémie impose un confinement total de la population. Aujourd’hui nous n’avons pas le droit d’aller contaminer nos amis mais nous pouvons contaminer nos collègues de travail ? Nous exigeons que soient réunis les CSST et les CSE pour prendre toutes les mesures liées à la protection des salariés et qui peuvent aller jusqu’à la fermeture des entreprises et services, en dehors de ce qui est de première nécessité.

A ce jour, l’état des stocks en masque chirurgical et FFP2 est alarmant pour nombre d’établissements : moins d’une semaine de réserve pour 1 masque chirurgical par poste (entre 7h et 12 h) pour chaque soignant. Ces masques ont une durée de vie normale d’environ 3 heures ! Il en est de même pour les solutions hydroalcooliques ! Quelle absurdité lorsque l’on a vu les litres de ce précieux produit dans les bureaux de vote dimanche !

Il est urgent que l’État approvisionne les établissements dans les plus brefs délais.

Face à la menace qui pèse, Emmanuel Macron redécouvre les services publics. Celui qui n’a même pas jugé utile d’honorer par sa présence, lors de ses obsèques, notre collègue tué par un patient, découvre que face à son incompétence il y a des héros pour assurer la continuité des soins.

« Les Héros » en ont marre !

En grève depuis plusieurs mois, aux urgences, dans les Ehpad, en Psychiatrie, dans les cliniques …, Il y a urgence à ce que toutes les revendications soient entendues !

Cette épidémie ne doit pas nous faire taire. Revendiquons dès à présent :

  • La suppression dans l’ensemble du secteur privées trois jours de carences.
  • La neutralisation de l’absentéisme pour toutes les primes concernées
  • L’augmentation générale des salaires
  • La préservation et l’amélioration de nos Conventions Collectives
  • La réouverture des lits nécessaires et des moyens suffisants pour travailler efficacement en toute sécurité.
  • L’abrogation des lois Bachelot et Touraine ainsi que la loi travail et les ordonnances Macron
  • L’abrogation des lois sur l’assurance chômage

La seule réponse possible à une crise de cette ampleur c’est le maintien et l’amélioration de notre système de sécurité sociale qui garantit à tous des soins de qualité et les indemnités journalières à ceux qui sont touchés par la maladie.

La suspension de la réforme des retraites est un premier recul, mais les salariés ne se satisferont pas d’un simple gel de la loi. Cette réforme est injuste, elle touchera de plein fouet ceux qui aujourd’hui se battent au péril de leur propre santé et de celles de leurs proches contre cette pandémie. C’est pourquoi l’Union Nationale des Syndicats Force Ouvrière de la Santé Privée appelle l’ensemble de ses militants à continuer de porter les revendications à défendre les intérêts des personnels partout !

Services publics et de Santé Secrétaire général

Sur le même sujet

Crise du coronavirus dans les EHPAD : plus que jamais répondre en termes de moyens effectifs aujourd’hui et demain !

Communiqué de FO par Serge Legagnoa

Alors que la France, en confinement, subit de plein fouet la crise du Coronavirus et les effets des politiques d’austérité envers le secteur hospitalier (toujours dénoncées par FO), les personnes âgées sont particulièrement fragilisées et les premières victimes. Leur personnel soignant et non soignant est aussi en première ligne.