CPNE de la Banque : 2014, une nouvelle année noire pour l’emploi dans les banques.

Communiqué de la FEC-FO - Section Banques et Stés Financières par Employés et Cadres

Ce jour se déroulait la Commission Paritaire Nationale de l’Emploi dans les banques AFB. Le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle fut sans surprise.

En effet, malgré les milliards d’euros de bénéfices en 2014, les banques françaises ont continué à détruire des emplois.

Ce sont près de 3 000 postes qui ont été supprimés en 2014 dans notre profession, c’est profondément honteux !

En effet, même si le rythme de ces suppressions d’emplois s’est ralenti, il persiste alors que rien ne le justifie.

FO Banques et Sociétés Financières a, durant cette séance, dénoncé cette situation qui n’a pour résultat que de détruire des emplois et dégrader les conditions de travail des salariés de notre profession.

C’est inacceptable !

Notre profession a les moyens de restaurer d’autres conditions d’emploi :

 sans chantage à l’emploi ;

 sans chantage à la mobilité géographique ;

 sans sous effectifs ;

 sans charge de travail toujours plus importante sans avoir plus de moyens pour la réaliser ;

 sans objectifs et pression commerciale toujours plus grands.

Et ce n’est pas la mascarade de pacte de responsabilité que la seule CFDT avait voulu signer, qui permettra de changer les choses.

Comme nous l’avions dit, les banques vont encaisser les aides du pacte de responsabilité et continuer à supprimer des emplois ! C’est scandaleux.

FO Banques a revendiqué l’arrêt des suppressions de postes dans notre profession qui, année après année, engrange des milliards d’euros de bénéfices sans garantir l’emploi de ses salariés.

FO revendique une plus juste redistribution des bénéfices des banques et un retour à de bonnes conditions de travail.

Employés et Cadres Secrétaire Général

Sur le même sujet

De 25 000 à 30 000 emplois menacés dans les banques

Emploi et salaire par Clarisse Josselin

Malgré les milliards d’euros de bénéfices engrangés par les banques en 2016, les plans sociaux se multiplient, des agences ferment, les salaires stagnent et les conditions de travail se dégradent dans la branche. FO lance l’alerte et en appelle au gouvernement.