Crise Areva : Pour FO les annonces sont suicidaires et inacceptables

Communiqué de la Fédéchimie FO - Nucléaire par Fédéchimie

Voici les grandes lignes de ce qui a été annoncé ce matin aux coordinateurs syndicaux Areva (de 8h00 à 10h00) :

 suppression de 3 000 à 4 000 emplois Areva en France en 3 ans (sur un effectif d’environ 28 000), si possible au volontariat ;
 baisse de 15% des dépenses (y compris masse salariale) ;
 harmonisation des conditions sociales vers le bas au nom de "l’équité".

Les volontaires devront avoir le profil désiré (métier support de préférence) et dans le bon établissement (sud-est par exemple). Du coup la direction a bien conscience que cela ne suffira pas et prévoit des mobilités « suggérées » et n’exclut pas des licenciements.

Tous les accords sociaux vont être « renégocies » : après l’intéressement en cours, viendront les Accords d’entreprises, le temps de travail des cadres et des équipes postées, les salaires et les usages locaux au niveau de chaque établissement…

FO Nucléaire rappelle sa position : ce n’est pas aux salariés de payer la crise Areva provoquée entre autres par les erreurs des dirigeants et de l’actionnaire principal (l’État).

Ce sera rappelé à M. Macron à l’occasion de la 2e réunion dans les jours à venir.

FO relève que M. Varin P-DG n’était pas présent...

Les salariés ne sont pas d’accord pour payer les factures de l’EPR finlandais et d’Uramin, ou la mauvaise gestion des dirigeants successifs, et ils ne sont pour rien dans la conjoncture temporairement défavorable.

FO condamne ces annonces alors que le gouvernement n’a pas encore annoncé la nouvelle organisation du groupe, quels parties seront vendues ou pas, quels partenariats avec EDF etc. Bref on tape sur les salariés sans savoir l’avenir, l’État se conduit en mauvais patron qui veut faire baisser les têtes, oubliant bien vite tout ce que les salariés du groupe Areva ont rapporté par leur travail pendant des décennies.

FO pointe aussi le risque de mettre en cause la sécurité si on fait des coupes aveugles dans les effectifs. Considérant que ces annonces sont suicidaires pour les entreprises du groupe Areva et donc inacceptables, FO réaffirme sa volonté de se battre pour conserver les emplois et les garanties collectives.

 Voir en ligne  : Fédéchimie FO

Fédéchimie Secrétaire général

Sur le même sujet

Nucléaire : FO s’oppose à la cession d’Areva

Emploi et Salaires par Evelyne Salamero

Areva a dévoilé le 2 avril deux scénarios de restructuration possibles : une cession totale de sa filiale Areva NP (ingénierie et réacteurs) ou une cession partielle (l’ingénierie) à EDF. FO (métallurgie et chimie) et les autres syndicats ont réaffirmé leur opposition au « démantèlement » du (...)

Mise en oeuvre par EDF et Areva des décisions du Président de la République : Réactions de FO Énergie et Mines

Communiqué de FO Énergie et Mines par Énergie et Mines

EDF et Areva ont communiqué ce jour, sur la mise en oeuvre des décisions du Président de la République prises le 3 juin dernier sur « la refondation de la filière nucléaire ». Pour FO, celle-ci mérite mieux qu’une logique principalement financière.
Sans surprise, ce texte, négocié sous la (...)

Areva : fin du suspense ?

Service Public par Evelyne Salamero

Après des mois de négociations, EDF devrait entériner le 27 janvier le montant (2,5 milliards d’euros) qu’elle entend consacrer au rachat d’Areva NP, la filiale du groupe qui fabrique et entretient les réacteurs nucléaires. Un montant inférieur à celui prévu à l’origine (2,7 milliards). Dans (...)

FO refuse l’atomisation de la filière nucléaire civile

Centrales par Evelyne Salamero

« Qui veut tuer son chien l’accuse de la rage »… Le fameux proverbe s’appliquerait-il aussi au nucléaire ? Plusieurs indices le laissent soupçonner.
L’anomalie de fabrication de la cuve du réacteur de la centrale nucléaire en cours de construction à Flamanville (Manche) défraye la (...)