Dans l’attente d’une possible deuxième vague

Revue de presse par Christophe Chiclet

Article publié dans le Dossier Coronavirus / Covid19
© Laurent GRANDGUILLOT/REA

Face à la reprise de l’épidémie dans certaines régions, les pouvoirs publics, comme les Français, s’inquiètent d’une prochaine rentrée qui risque bien d’être compliquée. Aperçu dans la presse.

Le Parisien
Le quotidien régional tire la sonnette d’alarme : L’équilibre est fragile et nous pouvons basculer à tout moment vers une reprise incontrôlée de l’épidémie de Covid-19 en France avertit dans son nouvel avis le Conseil scientifique, qui guide le gouvernement dans la gestion de la crise sanitaire. Ce document, remis au gouvernement le 27 juillet, a été rendu public ce mardi [28 juillet]. Son intitulé laisse peu de place au doute : Se préparer maintenant pour anticiper un retour du virus à l’automne. L’instance estime que ̎l’avenir de l’épidémie à court terme est en grande partie entre les mains des citoyens/q> et juge toujours hautement probable qu’une seconde vague épidémique soit observée à l’automne ou l’hiver.

Sud Ouest
Le grand quotidien aquitain précise : Après des semaines de confinement au printemps qui semblaient avoir fait reculer l’épidémie, la planète tente à présent de se prémunir contre une seconde vague aux conséquences économiques désastreuses. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti samedi [1er août] que la pandémie de Covid-19 a fait au moins 685 780 morts dans le monde, serait probablement très longue. Et de faire un état des lieux en France : Le Premier ministre Jean Castex se rend aujourd’hui [3 août] à Lille pour l’entrée en vigueur de l’obligation du port du masque dans l’espace public ouvert de la métropole européenne de Lille. Mais il n’y a pas que les grandes villes qui ont mis en place la mesure. Un tour de la région. Et c’est ainsi que désormais dans le grand sud-ouest, le masque à l’extérieur est obligatoire dans certains endroits des villes de Biscarrosse, Mimizan, Bayonne, Biarritz, la Rochelle et Brantôme.


Les Échos

La réponse politique à ce risque de seconde vague : Le répit n’est pas de mise a insisté le président, quand le moral des Français n’est pas au beau fixe avec les conséquences de la crise sanitaire et qu’ avec la hausse du chômage, l’angoisse et l’attente des Français vont être très fortes à la rentrée , souligne un conseiller de l’exécutif. Il faudra taper vite et fort avec le plan de relance, prévient-il [...] La maquette du plan de relance sera annoncée fin août, avant une déclinaison par chaque ministre concerné.

Le Monde
Dans le même ordre d’idée : En clair, le mouvement des gilets jaunes et la fronde anti-réforme des retraites ayant déjà causé assez de dégâts comme ça, le nouveau chemin consiste plus à renouer le dialogue avec les forces sociales et à retrouver le chemin des territoires qu’à bousculer le pays . Le quotidien du soir a interviewé un « pilier du gouvernement » qui a déclaré : Le report de l’assurance-chômage, c’est une adaptation de fond car cette réforme n’a pas de sens après la crise. Et la réforme des retraites, c’est une adaptation pour des raisons de forme, car elle ne s’est pas faite dans l’apaisement. À voir, ou plutôt à surveiller de près !

Christophe Chiclet Journaliste à L’inFO militante

Tous les articles du dossier

Transports urbains : déconfinement ou navigation à vue ?

Coronavirus / Covid19 par Evelyne Salamero

« Nous serons prêts pour le 11 », assurait le secrétaire d’État aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, mardi 5 mai au soir, tout en expliquant que… des lignes de transport en commun pourraient être de nouveau fermées après le 11 si les règles de sécurité sanitaire n’étaient pas respectées.

Transports routiers français, les sacrifiés de la Covid

Communiqué FO Transports et Logistique par Transports et logistique

Alors que le transport routier français est devenu essentiel pour la nation et nos politiques pendant le confinement, que les salariés du TRM ont répondu présents malgré les risques pour eux et leurs familles, Qu’ils ont été traités comme des moins que rien avec des restaurants, parking, toilettes et (...)

Banques : la crise sanitaire exacerbe le manque de dialogue social

InFO militante par  Michel Pourcelot

La crise sanitaire n’aura pas amélioré les choses. Le patronat bancaire boude toujours les négociations au niveau de la branche et privilégie le cadre de l’entreprise, sans engager, donc, de réel dialogue social, notamment en ce qui concerne le télétravail déplore FO-Banques. Cela crée une situation disparate au sein des réseaux que n’a réglée en rien l’arrivée du déconfinement.