Dans le Cher, cap sur le développement

Congrès d’UD par Clarisse Josselin

Le XXVIe congrès de l’union départementale FO du Cher s’est tenu le 3 mars à Bourges, sous la présidence de Roxane Idoudi, avec 170 participants.

Depuis mon arrivée en mars 2017, mon objectif premier était d’inciter les camarades des syndicats du Cher à revenir régulièrement à l’UD, explique Pierre Lemmet, qui a été réélu à l’unanimité des congressistes pour un second mandat au poste de secrétaire général. Cela passait notamment par une amélioration de l’accueil. L’UD se situe toujours dans les locaux de l’ancienne trésorerie municipale de Bourges, mais elle s’est agrandie. Sa surface a plus que doublé, et elle dispose désormais d’une meilleure visibilité avec façade sur rue et enseigne lumineuse. L’inauguration a eu lieu en mai 2019, en présence du secrétaire général Yves Veyrier et de Frédéric Homez, secrétaire général de FO Métaux.

Au cours du mandat écoulé, l’accent a aussi été mis sur la formation syndicale. Chaque année, trois sessions « découverte FO » ont été organisées, soit 250 stagiaires sur trois ans. Les militants ont ensuite été incités à s’inscrire à d’autres stages pour élargir leurs champs de compétences. On a eu beaucoup de monde en formation, on crée une dynamique, se félicite Pierre Lemmet. Des syndiqués on en trouve. Des militants, c’est plus compliqué. Mais quelques jeunes arrivent et s’investissent.

FO progresse à chaque élection

Et l’effet se fait sentir. FO s’est implanté ou réimplanté dans une dizaine de structures. Dans le Cher, le syndicalisme libre et indépendant que nous défendons progresse à chaque élection, secteur privé et secteur public confondus, nous plaçant très souvent en tête, souligne la résolution. Ainsi, chez Gedhif (action sociale), FO a obtenu 9 sièges de titulaires sur 10 au CSE. FO a également confirmé son implantation dans les organismes sociaux paritaires en prenant la présidence de l’Urssaf, de la CPAM, et la vice-présidence de la CAF.

La préservation des acquis sociaux est une priorité pour le congrès. L’UD a répondu à l’ensemble des appels à manifester de la confédération, et notamment contre la réforme des retraites. Le mandat écoulé a débuté quelques jours avant l’élection d’Emmanuel Macron. La politique sociale est largement fondée sur les intérêts du patronat et des financiers au détriment des salariés, dénonce Pierre Lemmet. Il pointe notamment la remise en cause du code du travail ainsi que de la Sécurité sociale et du système de santé, les deux piliers majeurs de la protection des salariés. Le congrès rappelle son attachement à la solidarité nationale dont l’essence est cotiser selon ses moyens, se soigner selon ses besoins.

Près de 160 jours de grève à l’hôpital de Vierzon

Ainsi, le congrès a réaffirmé son exigence d’abrogation du projet de loi retraite imposé par le 49.3, socialement injuste et financièrement inefficace et son attachement au système de retraite par répartition qui garantit un système basé sur la solidarité intergénérationnelle.

La résolution dénonce aussi les réformes successives de l’État qui provoquent la dislocation des services publics (…), destruction amplifiée par la création des nouvelles régions.

Le combat du personnel de l’hôpital de Vierzon, en grève durant près de 160 jours à l’appel d’une intersyndicale pour sauver la maternité, reste l’un des conflits les plus marquants du mandat qui illustre le manque de moyens humains et financiers dans tous les établissements qui assurent un service rendu au public, comme l’Education nationale ou le secteur médico-social…

Le congrès revendique également une augmentation générale des salaires (avec un Smic à 80% du salaire médian) et des minimas sociaux. Il exige l’arrêt du démantèlement des statuts et le maintien des conventions collectives. Il appelle aussi l’ensemble de ses structures syndicales à empêcher la généralisation du travail dominical, de nuit et en soirée.

Moins de moyens avec le CSE

Pour l’UD, le manque de moyens humains reste problématique. Elle n’a pas pu faire face aux 150 demandes reçues en un mois pour négocier de protocoles d’accords pré-électoraux pour les élections CSE. On a été noyés, il aurait fallu des permanents pour y parvenir, reconnaît Pierre Lemmet. Mais avec le CSE, les camarades ont moins d’heures de délégation et ne peuvent plus comme avant consacrer quelques heures à l’UD.

Le secrétaire général, dont la durée du mandat passe de trois à quatre ans, se fixe comme objectifs le développement syndical et un rajeunissement des équipes. Pour les prochaines élections CSE dans quatre ans, il faut qu’on ait assez de monde pour aller à tous les PAP, lance-t-il. Car là où on ne présente pas de liste, on n’a pas de voix, et c’est un peu dommage. Mais pour l’heure, il se lance dans la campagne pour les élections TPE de décembre 2020.

Clarisse Josselin Journaliste à L’inFO militante

Sur le même sujet

Ordonnances travail : FO maintient ses critiques fondées sur le bilan et appelle au rétablissement et aux moyens de conforter la liberté de négociation collective

Communiqué de FO par Frédéric Souillot, Karen Gournay, Secteur Comité social et économique (CSE), Comité de groupe et Comité d’entreprise européen (CEE)

Les ordonnances travail de 2017 ont fortement dégradé le dialogue social, avec la fusion des instances représentatives du personnel dans le CSE, une décentralisation accrue des négociations affaiblissant le rôle de la branche, ou encore la création de dispositifs tels que le référendum dans les petites entreprises comme détournant la nature de la négociation collective.

Yves Veyrier : « Prendre part au syndicat »

Editorial de FO par Yves Veyrier, Secrétaire général de Force Ouvrière

C et éditorial est écrit à la veille du CCN, le Comité confédéral national de Force Ouvrière. Nos militants savent que cette instance, qui se réunit statutairement deux fois par an, est composée des représentants des Unions départementales et des Fédérations, de l’UCR (Union confédérale des retraités) et bien sûr du Bureau confédéral et de la Commission exécutive.

FO lance le PASS solidarité TPE

InFO militante par Evelyne Salamero, L'Info Militante

Pas moins de 3 millions de travailleurs, soit environ 20% de la population active, sont éparpillés dans de très petites entreprises (TPE, moins de 11 salariés). Isolés, ils manquent cruellement d’informations sur leurs droits et le rôle des syndicats. Comment les approcher ? Comment les convaincre de l’utilité des élections professionnelles et de la nécessité de se syndiquer ? Et comment fidéliser les adhérents ?

Représentativité : pour FO, la confirmation du niveau de sa troisième place conforte son audience et constitue un point d’appui

Communiqué de FO par Yves Veyrier

La Confédération considère que ce résultat - après celui des élections Fonction publique de décembre 2018 où elle avait confirmé sa première position à l’État et conquis la deuxième place dans la fonction publique hospitalière - conforte son audience auprès des salariés et constitue un point d’appui de conquêtes d’implantations et de syndicalisation.