Événement - FO Hebdo

Dans les abattoirs, 50 000 forçats de la viande

, Clarisse Josselin

Recommander cette page

La filière viande est particulièrement touchée par les accidents du travail. © HAMILTON / REA

La journaliste Olivia Mokiejewski a publié en mai dernier Le Peuple des abattoirs, une enquête de trois ans sur les conditions de travail dans les abattoirs. Elle met un coup de projecteur sidérant sur ces travailleurs de l’ombre, transformés en machines à produire de la viande.

Chaque jour, 50 000 ouvriers tuent et découpent 3 millions d’animaux dans l’un des 917 abattoirs de France et les transforment en steaks ou en côtelettes. Loin des vidéos choc de l’association L214 sur la maltraitance animale, Olivia Mokiejewski a donné la parole aux salariés. Pour mieux appréhender leur métier, elle a aussi travaillé avec eux à la chaîne durant dix jours.

Premier constat, ouvrier d’abattoir, c’est un métier qu’on ne choisit pas, explique-t-elle. On y entre pour un petit boulot et on y reste parfois des années. La filière a du mal à recruter et à fidéliser, le sous-effectif est fréquent. Le plus violent, c’est en début de chaîne, à la saignée, des salariés refusent d’y aller, raconte Pascal Le Cadre, délégué FO à l’abattoir Bernard Jean Floc’h de Locminé (Morbihan) et témoin dans le livre.

Pas d’entretien d’embauche ni de formation préalable, on apprend sur le tas. La principale compétence professionnelle demandée, supporter la brutalité des conditions de travail, poursuit la journaliste.

Autre spécificité du secteur, des cadences folles. Chaque jour, on fait un marathon à la vitesse d’un sprinter, poursuit le délégué FO. Son métier, désosser les têtes de porc et récupérer groins, joues, oreilles. Il voit défiler 800 cochons à l’heure, avec moins de 3 secondes entre chaque bête. Selon l’INRS, institut de santé et de sécurité au travail, il faudrait au moins 10 secondes de pause pour éviter les troubles musculo-squelettiques (TMS) provoqués par les gestes répétitifs. Les douleurs se concentrent dans les épaules, les poignets, les cervicales, les lombaires…

Pour tenir, les addictions sont fréquentes

800

C’est en moyenne le nombre de porcs qu’un ouvrier d’abattoir voit défiler à l’heure, avec moins de 3 secondes entre chaque bête.

Nos dirigeants ne sont pas formés à la prévention, ils ont dû embaucher des animateurs sécurité qu’on ne voit pas et qui ont un fil à la patte, poursuit Pascal Le Cadre. Ils ont aussi investi avec le CICE et installé des robots, mais sans étude de postes.

Depuis dix ans, le secteur s’est restructuré face à la concurrence allemande et espagnole. Quatre acteurs monopolisent 70 % de la production bovine, idem pour les porcs, explique Olivia Mokiejewski. La grande distribution représente 80 % de la commercialisation.

Les conditions de travail sont particulièrement dangereuses. Dans ce milieu, on ne montre pas ses souffrances mais les addictions sont fréquentes : drogue, alcool, antidépresseurs... Certains craignent la mise en inaptitude et le licenciement.

Pascal Le Cadre espère que la prévention va s’améliorer sous la pression des consommateurs. Une marque de restauration rapide veut nous commander 3 000 tonnes, mais exige de consulter des données sociales comme le nombre d’accidents ou de formations, explique-t-il. 

 

Zoom : Des accidents de travail en surnombre La filière viande est l’une des plus touchées par les accidents du travail. Écrasements, coupures, amputations, glissades, coups de cornes… Selon l’INRS, l’abattage et la découpe présentent les risques les plus élevés, avec 150 accidents avec arrêt pour 1 000 salariés en 2008, contre 38 en moyenne. C’est aussi l’un des secteurs les plus touchés par les maladies professionnelles et les TMS. Mais obtenir des chiffres significatifs est quasiment impossible, les données sont difficilement accessibles et seraient largement sous-estimées, explique Olivia Mokiejewski.

A propos de cet article

Sur l’auteur

Sur le même sujet

Mots-clés associés

En complément

Éphéméride

22 novembre 1852

En France, un plébiscite approuve le sénatus-consulte qui rétablit la dignité impériale. L’Empire est officiellement restauré, mais c’est le coup d’État du 2 décembre 1851 qui avait tué la deuxième République.

Mes droits

Une question ? Une réponse